Accueil Opinions Julien Faessel Julien Faessel : « les Verts de Toulouse me considèrent comme leur ennemi »

Julien Faessel : « les Verts de Toulouse me considèrent comme leur ennemi »

Julien FaesselDepuis le début de l’année, l’ancien secrétaire d’Europe Ecologie les Verts à Toulouse Julien Faessel signe des chroniques sur notre site. Des papiers sans concessions sur son parti, qui ont entrainé de vives réactions des Verts locaux. Cette semaine, il s’explique sur les raisons de ses chroniques.

 

« Voici maintenant plusieurs mois qu’avec Gold31 nous publions à tour de rôle une chronique relative à l’actualité politique locale. D’après les échos que j’ai reçu, mes écrits ne sont pas passés inaperçus dans la sphère verte locale. Par extension, des écologistes d’autres régions de France les lisent et m’indiquent que les phénomènes que je décris ont également cours chez eux. Petit retour cette semaine sur la raison de ces chroniques.

Lorsque je suis arrivé à EELV en 2009, j’avais envie de participer à une cause qui me semblait juste. Je souhaitais apporter ma contribution, et j’écrivais donc de nombreux messages de propositions sur les listes de débat. Les années 2009-2010 étaient des années d’ouverture pour le parti, les débats étaient donc nombreux et les échanges riches. À partir de 2011 une vague de déception commença à poindre. La richesse des débats n’avait souvent aucun impact sur les programmes présentés aux élections ni sur les fonctionnements internes. L’approche de 2012, et la prévision du grand partage du butin de l’alternance gouvernementale, provoquait un puissant dogmatisme combiné à un verrouillage interne.  De plus en plus, tout apparaissait joué d’avance, décidé à Paris, pour défendre des intérêts particuliers au mépris des militants et des valeurs. L’activité des listes de débat devenait de ce fait de plus en plus faible, du fait du découragement et du départ de nombreux militants.

C’est à ce moment que me vint l’idée de créer un blog, afin d’y publier durablement mes écrits plutôt que sur une liste de débat où ils sont oubliés au bout de quelques heures. Le seul changement me concernant touchait donc le mode de diffusion, auparavant sur des listes de diffusion, dorénavant sur un blog. Le fond restait le même. Je dénonçais déjà régulièrement les dérives, le copinage, l’arbitraire. L’objectif était de provoquer une prise de conscience et la fin de ces pratiques. En publiant ces chroniques dans Toulouse Infos je ne fais que poursuivre ce processus. Il me semble normal en tant que citoyen de révéler des dérives que je condamne.

Si à EELV on aime l’information libre, notamment les grands déballages de Médiapart ou du Canard Enchainé, les décryptages sur les autres partis, etc, les notables locaux apprécient beaucoup moins mes chroniques. Ils n’ont qu’un mot à la bouche, diffamation. Ils n’ont pourtant jamais apporté de preuve à l’inexactitude de mes propos. Ils n’ont qu’une explication, je veux me venger, je suis aigri, et donc je réécris l’histoire. Cela voudrait donc dire que je suis arrivé à l’époque à EELV en ayant l’intention de me venger de gens que je ne connaissais pas, puisque dès le début j’ai dénoncé les dérives, quelles qu’elles soient (je voulais faire de la politique autrement, innocent que j’étais). Une  chose amusante : lorsque je décryptais les dérives des socialistes cela plaisait énormément, dorénavant mes analyses ne plaisent plus du tout. Notons au passage qu’il s’agit d’une tactique de manipulation basique, d’attaquer la personne pour tenter de discréditer son propos. Attaquer la forme pour faire oublier le fond. Dorénavant les Verts de Toulouse me considèrent comme leur ennemi. De son coté Marine Le Pen déteste le sociologue Erwan Lecoeur, spécialiste de l’extrême droite (et des écologistes). C’est assez classique en politique, on aime bien ceux qui fouillent chez les autres, mais pas ceux qui s’intéressent à nous. J’espère juste que les plus remontés arrêteront de parler de procès. Ça ne m’étonnerait d’ailleurs pas que ces derniers souhaiteraient convoquer une Cour d’Assise ou un tribunal d’exception. En tout cas, je pense être bon pour un séjour forcé de rééducation sur le Larzac s’ils gagnent un jour les élections… J’espère également que les plus scandalisés cesseront leurs menaces à peine voilées (ça ne va pas pouvoir durer encore longtemps ces articles…). La politique est décidément un monde violent.

Au final il n’y a rien de bien nouveau qu’un parti politique connaisse des dérives, ni qu’on les rende publiques. Ce qui est surprenant c’est de prétendre être un parti blanc comme neige et de considérer toute analyse comme de la malveillance, plutôt que comme un éclaircissement qui pourrait être utile pour tenter de s’améliorer.

 

Chronique signée par Julien Faessel, ancien secrétaire d’Europe Ecologie les Verts à Toulouse que vous retrouverez un jeudi sur deux sur Toulouse Infos ou sur son blog http://julienfaessel.wordpress.com/.

 

Pour relire ses chronique, cliquez sur les liens :

Les Khmers Verts, les vrais dirigeants d’EELV (21/06/2013)

Municipales 2014 : Le Fantasme de la liste commune rouge-verte (06/06/2013)

Municipales 2014 : la gauche toulousaine « se divise pour mieux perdre ? » (09/05/2013)

Papus : une zone de non-droit au coeur de Toulouse (25/04/2013)

Liste EELV à Toulouse : Quand l’honnêteté passe pour une gaffe… (11/04/2013)

Pourquoi Gérard Onesta ne sera pas la tête de liste des Verts à Toulouse en 2014 (28/03/2013)

EELV : La stratégie de l’échec (14/03/2013)

José Bové visite son troupeau toulousain, en vue des élections Européennes (28/02/2013)

La rédactionhttps://www.toulouseinfos.fr
Pierre-Jean Gonzalez, rédacteur en chef de toulouseinfos.fr a collaboré avec de nombreux médias avant de prendre la direction du site toulousain, qui existe depuis 10 ans.

2 Commentaires

  1. Cher Julien,
    Lorsque tu étais militant, puis secrétaire de notre groupe local, ton introduction favorite était quelque chose comme “en tant que sociologue, je…”. En tant que sociologue donc, je suis surpris que tu aies mis tant de temps pour découvrir qu’il y avait des jeux de pouvoir chez EELV… Eh bien oui, les écologistes sont des humains comme les autres, avec leurs contradictions et leurs ambitions personnelles. Mais c’est quand même la générosité et l’intérêt collectif qui dominent dans ce parti. C’est surtout l’objectif d’un monde qui reste vivable. Tout cela, tout sociologue que tu es, tu sembles ne pas l’avoir vu ou alors oublié, tellement tu sembles occupé à vouloir casser ce à quoi tu as participé. C’est dommage, parce que tu es plein de bonnes idées et de points de vue intéressants. Le problème, c’est d’arriver à en faire quelque chose de positif. Je te souhaite de trouver la distance et l’équilibre pour cela.
    Bon été et bon courage à toi.

  2. Je reconnais que j’ai eu la faiblesse de croire qu’à EELV la politique se faisait différemment. J’espérais vraiment que ce fut le cas, malheureusement une petite minorité rapace prolifère aux dépends d’une majorité de militants généreux et intègres.
    J’ai eu l’occasion de découvrir petit à petit les mécanismes de domination à l’oeuvre dans l’ombre à EELV. Ceux ci sont in fine la principale raison faisant fuir les militants et les électeurs, et donc les principaux freins à l’élection de personnes de qualité à des postes de responsabilité.

    Bon été à toi aussi Philippe. Je crains que tu n’ailles devant de fortes désillusions à l’automne, ton bilan d’élu risque malheureusement de ne pas peser bien lourd face aux dynamiques de clans à l’oeuvre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici