Accueil Articles Santé « La colère à l’hôpital Marchant est fondée ! »

« La colère à l’hôpital Marchant est fondée ! »

Depuis lundi 18 octobre, une partie du personnel de l’hôpital Marchant a planté des tentes Route d’Espagne. C’est autour d’un petit chapiteau blanc que les infirmiers, ambulanciers, aides soignants et des cadres se sont réunis pour faire entendre leurs revendications à la direction.


Cela fait aujourd’hui cinq jours que le personnel syndiqué se relaie 24/24h devant l’hôpital. Croissants, cafés et barbecue viennent réchauffer les mécontents qui maintiennent une présence en flux continu grâce à quelques tentes plantées ci et là. Une vingtaine de personnes étaient présentes ce matin, continuant d’installer des banderoles le long de la route d’Espagne. Le message est simple : « Sauvons l’hôpital public et la psychiatrie».

 

Au programme, des discussions et échanges rythment leurs journées comme leurs nuits, ce qui leurs ont permis d’affiner leurs nombreuses revendications : « Nous réclamons des embauches à hauteur des postes non pourvus, des moyens adaptés et ciblés pour le soin et une augmentation des effectifs soignants » nous explique Isabelle Morel, éducatrice spécialisée du service pédopsychiatrique. « C’est ras le bol général ! » ajoute Florian Bricaud, infirmier. En effet, la mobilisation est double : elle concerne autant le fonctionnement de l’hôpital Marchant que la réforme des retraites au niveau national et « nous n’allons rien lâcher ! » ajoute-t-il.

 

Parmi les contestataires, les étudiants ont eux aussi leur mot à dire. « Les jeunes stagiaires ne sont pas indemnisés, ne peuvent pas choisir leur affectation et ne sont pas bien pris en charge. » précise Marie Rajablat, infirmière du secteur psychiatrique. Toutefois, ces futurs professionnels ont plus de mal à rejoindre le mouvement, « à deux semaines des partiels, cela demande beaucoup d’organisation et de temps mais ils sont avec nous ! » ajoute-t-elle.


La mobilisation se veut donc complète et relativement réussie: ils ont fait le choix de se lancer dans une grève reconductible depuis lundi en espérant faire réagir la direction. Toutefois, ces derniers continuent à assurer un service minimum auprès des patients qui ne doivent pas être pénalisés.

 

 

Caroline Piquet


La rédactionhttps://www.toulouseinfos.fr
Pierre-Jean Gonzalez, rédacteur en chef de toulouseinfos.fr a collaboré avec de nombreux médias avant de prendre la direction du site toulousain, qui existe depuis 10 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici