Accueil Articles Société Changement climatique : « Il est essentiel d'envisager des mesures sur le long terme »

Changement climatique : « Il est essentiel d’envisager des mesures sur le long terme »

Jean Louis Etienne, médecin et explorateurL’observatoire pyrénéen du changement climatique présentait en mai dernier les premières conclusions de son étude de la zone montagneuse face au réchauffement de la planète. Une analyse qui préconise une adaptation des activités socio-économiques à travers des mesures politiques sur le long terme.

 

Le réchauffement de la planète n’est plus un scoop. « C’est une maladie chronique de la Terre. Et comme quand on couve quelque chose, il faut faire de la prévention » est intervenu Jean Louis Etienne, médecin et explorateur, au cours du séminaire sur le changement climatique et son impact dans les Pyrénées. « Même si le réchauffement n’est pas perceptible aux yeux de l’homme, le bilan radiatif de la Terre augmente à cause du renforcement de l’effet de serre, ce qui va engendrer un changement climatique » explique t-il. Il rappelle ainsi l’importance, de la coopération transfrontalière menée par la communauté de travail des Pyrénées autour du massif montagneux, et de l’étude menée par l’observatoire pyrénéen (OPCC). « Il est essentiel d’envisager des mesures sur le long terme » déclare t-il, bien qu’il rappelle les difficultés que de telles initiatives impliquent. « La limitation des gaz à effet de serre est vécu comme une limitation de la souveraineté des États mais aussi des libertés individuelles » dans une société où la consommation d’énergie en grande quantité est quotidienne.

 

Vers « des hivers moins rigoureux et une augmentation de l’intensité des canicules »

L’étude menée par l’observatoire pyrénéen du changement climatique met en avant « une vulnérabilité de la zone montagneuse dans ses espaces naturels mais aussi dans les divers milieux socio-économiques ». Une analyse qui conclut à l’évolution vers un climat caractérisé par « des hivers moins rigoureux » et « une augmentation de l’intensité des canicules ». Ainsi, les besoins en eau vont être plus important et créer « des tensions sur les ressources entres les différentes catégories d’utilisateurs ». L’objectif principal de l’étude n’est pas de trouver « de recette miracle » mais de contribuer « à l’adaptation de l’environnement, des secteurs socio-economiques, du territoire, au changement climatique ». Des recommandations qui s’adressent « aux institutions » qui doivent continuer à « affiner leurs connaissances sur le climat » afin de les « transférer », les « diffuser » pour mieux s’adapter dans l’avenir.

 

Article de Marine Astor

3 Commentaires

  1. En fait, les projections des modèles numériques divergent de plus en plus des données d’observation. Par exemple, Tglobale est stable depuis 1997, ce qui commence à être significatif. Quant au présumé rôle moteur du CO2 sur T, ce n’est qu’une hypothèse arbitraire du GIEC, qui n’a jamais été prouvée. En outre, 2 publications récentes démontrent que l’augmentation du CO2 est dû pour l’essentiel à des causes naturelles, et que nos émissions sont marginales, contrairement à ce que raconte la propagande “réchauffiste”.

    Voici un petit document sur la problématique climatique qui fait le point sur les observations et les publications dont aucun média ne fait état:

    http://dropcanvas.com/#wJc9FpE34332em

  2. En fait, les modèles numériques, dont on sait à présent qu’ils sont incapables de refléter la réalité des faits, ne peuvent en aucun cas prévoir le futur climatique de notre planète, et donc envisager des mesures sur le long terme ne présente aucun intérêt.

  3. En fait, les projections des modèles numériques divergent de plus en plus des données d’observation. Par exemple, Tglobale est stable depuis 1997, ce qui commence à être significatif. Quant au présumé rôle moteur du CO2 sur T, ce n’est qu’une hypothèse arbitraire du GIEC, qui n’a jamais été prouvée. En outre, 2 publications récentes démontrent que l’augmentation du CO2 est dû pour l’essentiel à des causes naturelles, et que nos émissions sont marginales, contrairement à ce que raconte la propagande…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici