Accueil Articles Economie Toulouse-position stratégique de défense spatiale

Toulouse-position stratégique de défense spatiale

Toulouse-position stratégique de défense spatiale
Toulouse-position stratégique de défense spatiale

Cette année, la compagnie Airbus célèbre son 50ème anniversaire. A l’époque appelé Aérospatiale, l’avionneur était, entre autres, impliqué dans la construction du Concorde. Le premier vol d’essai de l’avion supersonique de transport de passagers a eu lieu le 2 mars 1969.

A partir de 1976, des vols de passagers ont été effectués, par exemple de France à Rio de Janeiro. Avec le Concorde, un vol régulier de Paris à New York ne durait que trois heures et demie. Jamais auparavant une traversée de l’Atlantique n’avait été possible en si peu de temps.

Si vous regardez l’histoire d’Airbus, c’est un très bon exemple de coopération européenne. En fait, tout a commencé en 1965 avec la création d’une entreprise réalisée par plusieurs entreprises allemandes, dont Messerschmitt, Bölkow, Dornier-Werke, Hamburger Flugzeugbau et Vereinigte Flugtechnische Werke. Cependant, la date officielle de création d’Airbus est le 29 mai 1969, date à laquelle le ministre fédéral allemand de l’économie, Karl Schiller, et le ministre français des transports, Jean Chamant, ont signé un accord de fusion avec Aérospatiale.

Plus tard, les Espagnols et les Britanniques se sont joints au projet. L’objectif de l’entreprise était d’établir un concurrent de l’avionneur américain Boeing. Le lieu principal est devenu Toulouse qui s’est spécialisée depuis les années 60 dans les activités aéronautiques et spatiales nationales.

Pour former le plus grand Groupe de l’Aviation et de l’armement d’Europe, la France, l’Allemagne et l’Espagne ont fusionné leurs activités aérospatiales civiles et militaires en 2000. La nouvelle société s’appelait Aeronautic Defense and Space Company, mais a ensuite été renommée Airbus.

Aujourd’hui, Airbus produit plus de la moitié des avions en vol dans le monde. Avec plus de 13 200 employés issus de tous les pays européens, Toulouse est le premier site industriel français de technologie aéronautique et spatiale.

Il n’est donc pas surprenant que l’avenir économique de la ville soit étroitement lié à l’aviation. Plus d’un employé sur dix dans le secteur privé travaille dans l’industrie aéronautique. Toulouse est ainsi l’une des villes les plus dynamiques de France.
La région, économiquement forte, bénéficie également des quelque 700 entreprises aérospatiales.

Défis à relever dans un avenir proche

Bien que l’aérospatiale reste un secteur prometteur, il est urgent de passer à des méthodes de production plus durables et à des avions moins polluants.

Le défi pour l’économie toulousaine sera d’accompagner et de tirer parti de ces mutations.
La France, en particulier, devrait atteindre les objectifs en matière de changement climatique, car c’est à l’initiative du président Emmanuel Macron que tous les États membres de l’UE devraient être climatiquement neutres et ne plus émettre de gaz à effet de serre dans l’atmosphère d’ici 2050.

En tant que bastion de l’innovation, les nouveaux mécanismes de propulsion sont susceptibles de représenter un défi pour le constructeur aéronautique Airbus, mais devraient néanmoins être réalisables.

Avec sa propre faculté et son institut de recherche dans le domaine de l’ingénierie – l’Institut Supérieur d’Aéronautique et de l’Espace (ISAE-SUPAERO) – ainsi que l’École Nationale de l’Aviation Civile (ENAC), le campus aéronautique de Toulouse est très bien équipé. Qui sait – peut-être dans un proche avenir, ils offriront aussi des programmes d’études pour promouvoir le développement d’avions dotés de nouvelles technologies de propulsion.

Qu’est-ce qui est fabriqué à Toulouse ?

Même si vous n’êtes pas familier avec les avions, l’Airbus A380 est bien connu dans le monde. C’est le plus grand avion du monde avec une longueur de près de 73 mètres et une capacité totale de 850 passagers. Avec cette réalisation du groupe Airbus, Toulouse devient la capitale européenne de l’aérospatiale.

Dorénavant la production doit être arrêtée. La raison en est que la compagnie aérienne Emirates, le plus gros client, avait commandé moins d’avions du modèle A380. Les dépenses et les revenus ne sont plus rentables pour l’entreprise. A cause de la demande insuffisante, la production sera progressivement éliminée d’ici 2021.

Au lieu de cela, les commandes du modèle A350 – un Airbus plus petit – sont de plus en plus nombreuses. Ceux-ci offrent également un grand confort et peuvent être utilisés de manière plus économique, d’autant plus qu’ils ne sont équipés que de deux moteurs au lieu de quatre et qu’ils pèsent moins lourd.

Plus léger, plus économique, plus durable

Le poids surtout joue un rôle important dans l’industrie aéronautique. Plus c’est léger, mieux c’est. Un avion plus léger signifie moins de kérosène. Cela protège non seulement l’environnement, mais aussi le porte-monnaie de l’entreprise. D’autant plus que l’augmentation de la taxe sur le kérosène n’est plus une question insignifiante en matière climatique.

Pour cette raison, l’aluminium est utilisé en particulier pour les composants structurels du fuselage et les ailes de l’avion. En plus de son faible poids, le matériel présente une grande résistance mécanique et résiste à la corrosion, c’est-à-dire qu’il est difficile à détruire.

Néanmoins, l’aluminium est un métal léger et n’est donc pas assez stable pour un avion. C’est la raison pour laquelle il doit être combiné avec un autre matériau. Pour cela, on utilise des fibres de verre qui sont collées à l’aluminium sous forme de grille. Si plusieurs de ces couches de grille sont collées les unes sur les autres, le nouveau matériel est encore plus dur que l’acier, mais beaucoup plus léger.

En termes de durabilité, l’aluminium présente également un autre avantage : il peut être recyclé. L’industrie aéronautique, par exemple, continue de considérer l’aluminium comme le matériau du futur.

De plus, de grandes parties de l’avion sont aujourd’hui constituées d’un matériel composite appelé “plastique renforcé de fibres de carbone” (PRFC). Ces matériaux sont à la fois stables et faciles à façonner et, contrairement au métal, ne rouillent pas.

A nous l’espace – grands projets pour toute la région

Alors que les industries digitales et respectueuses du climat prennent de plus en plus d’importance, la France se prépare également à quelque chose de très différent : la conquête spatiale. A l’avenir, tous les domaines de la navigation spatiale seront regroupés au sein d’un centre d’opérations unique à Toulouse. Ce centre serait responsable de toutes les activités spatiales françaises.

A l’occasion de la célébration du 14 juillet 2019, Emmanuel Macron a annoncé la création d’une armée de l’Air et de l’Espace. La Ministre des Armées Florence Parly a ajouté le 25 juillet que le poste de général de l’espace serait également créé à cette fin.

De plus, la création d’un campus spatial avec des laboratoires spatiaux et des laboratoires de défense spatiale innovants est prévue, en étroite collaboration avec la Direction générale de l’Armement (DGA) et le Centre national des études spatiales (CNES). Le premier commandement de l’espace sera initialement composé d’une équipe de 220 personnes, dont la base militaire sera également située sur le site du centre d’opérations.

La rédaction

La rédactionhttps://www.toulouseinfos.fr
Pierre-Jean Gonzalez, rédacteur en chef de toulouseinfos.fr a collaboré avec de nombreux médias avant de prendre la direction du site toulousain, qui existe depuis 10 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici