Accueil Articles Economie Toulouse. Airbus accueille le rover de la mission Exomars

Toulouse. Airbus accueille le rover de la mission Exomars

Toulouse. Airbus accueille le rover de la mission Exomars de l'agence spatiale européenne cdr
Toulouse. Airbus accueille le rover de la mission Exomars de l’agence spatiale européenne
cdr

Le rover de la mission spatiale Exomars va être soumis à une batterie de tests sur le site d’Airbus à Toulouse. L’objectif est de vérifier la résistance en conditions extrêmes des instruments.

Nouvelle étape pour le rover de la mission Exomars de l’agence spatiale européenne (ESA). Avant de décoller pour la planète rouge en 2021, il poursuit ses tests. Assemblé pendant 18 mois sur le site britannique d’Airbus de Stevenage, le robot a débarqué le 28 août dernier sur le site toulousain d’Airbus Defense & Space pour y subir des tests de terrain. Son petit nom ? Rosalind Franklin. Véritable concentré de technologie, il aura pour mission de déterminer si une quelconque forme de vie a déjà pu exister sur Mars.

Rosalind Franklin est équipé des dernières technologies en matière de recherche scientifique : chromatographe en phase gazeuse, spectromètre laser Raman pour l’analyse des roches à distance, nombreuses caméras grand-angle, microscopes, ainsi qu’une foreuse pouvant aller jusqu’à 2 mètres de profondeur, rapporte Industrie et Technologies.

Des outils performants sur Terre, mais qui doivent être soumis à des tests extrêmes pour pouvoir être utilisés sur la planète rouge, et ainsi minimiser les risques de défaillance technique. D’où la venue du robot en terres occitanes.

Décollage en 2020

Pendant 4 mois, les tests simuleront les conditions extrêmes de la mission sur Mars, avec des variations de températures allant de -120 à +20 degrés. De plus, Rosalind Franklin devra démontrer sa capacité à opérer dans un milieu riche en dioxyde de carbone et où la pression est 100 fois moins élevée que sur la planète bleue.

Des tests acoustiques et vibratoires seront également menés pour tester la résistance du robot et de ses équipements face au décollage de la fusée russe Proton.

Une batterie de tests sera parallèlement menée sur le module spatial qui acheminera le rover jusqu’à sa destination. Une fois ces tests terminés, le rover sera acheminé en janvier 2020 vers Cannes, chez Thales Alenia Space, qui l’expédiera à son tour au Kazakhstan, sur le site de Baïkonour.

Le lancement est prévu le 25 ou 26 juillet 2020, pour une arrivée sur le sol martien le 19 mars 2021. Sa mission durera 7 mois, jusqu’au début de l’autonome, afin d’éviter les tempêtes de poussières qui occulteraient ses panneaux solaires.

 

Raphaël Crabos

La rédactionhttps://www.toulouseinfos.fr
Pierre-Jean Gonzalez, rédacteur en chef de toulouseinfos.fr a collaboré avec de nombreux médias avant de prendre la direction du site toulousain, qui existe depuis 10 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici