Accueil Dossiers Retour sur l'actu Avocat saucissonné, alcool mauvais et morsures à la une du journal des faits divers de Toulouse

Avocat saucissonné, alcool mauvais et morsures à la une du journal des faits divers de Toulouse

faits divers A ne pas manquer, un ténor du barreau toulousain séquestré chez lui par un inconnu. Egalement, le molestage-surprise de pompiers venus secourir un homme pris de malaise. Enfin, le réflexe insolite d’un chauffard au cours de son interpellation. Cette semaine, ce sont des faits particulièrement hauts en couleurs qui attendent nos fidèles lecteurs. Toulouse s’agite, Toulouse vrombit et Toulouse Infos suit la cadence.

 

L’évènement de la semaine: L’agression et la séquestration de Christian Etelin, l’ancien avocat de Mohamed Merah. Mardi après-midi, quelqu’un sonne à la porte du magistrat, domicilié dans un immeuble du quartier Saint-Etienne. Le visiteur explique chercher le logement d’une amie. Christian Etelin ne se méfie pas et laisse le temps à l’homme de s’approcher. Soudain, celui-ci le brusque sans ménagement et pénètre dans l’habitat. Une lame sous la gorge, le cador du barreau ne bronche pas. Son visage, connu du quidam depuis l’affaire des tueries de Toulouse et de Mautauban, va très vite être reconnu. L’individu le soupçonne de détenir de fortes sommes d’argent. Il ligote l’avocat sur sa propre chaise et le bâillonne avec du ruban adhésif trouvé sur place. Il recouvre son visage avec un sac plastique. Neutralisé et suffoquant, Christian Etelin ne peut rien. Il divulgue sans rechigner les codes secrets de deux de ses cartes bancaires, localisées entre-temps par le malfrat. Celui-ci quitte prestement le logement afin de faire cracher les distributeurs du coin. Christian Etelin a pu se libérer quelques instants plus tard. Avec la force du désespoir, il a pu dégager une main de ses liens puis se saisir d’un couteau pour couper ses dernières attaches. Il reste aujourd’hui très choqué. La notoriété, un sésame à double tranchant.

 

Le verdict de la semaine: Six mois de prison ferme. C’est la sentence prononcée mardi par le tribunal correctionnel de Toulouse à l’encontre d’un toulousain, reconnu coupable de coups et blessures. Samedi dernier, cet homme prénommé Vincent avait frappé des sapeurs-pompiers venus le secourir. Agé d’une trentaine d’année, l’individu avait subi un malaise après avoir consommé une grande quantité d’alcool et s’être ardemment disputé avec sa compagne. Les pompiers, qui pensaient trouver un homme inconscient, sont plutôt tombés sur une bête déchainée. Ou deux, plus exactement. Car c’est à coup de poings et de pieds que le couple a remercié les secouristes pour cette intervention d’urgence. Appelés en renfort, les policiers ont également essuyé un cocktail de phalanges et de griffes. Tant bien que mal, les drôles de tourtereaux ont été maîtrisés puis placés en garde à vue. Le champagne cuvé, place à l’éternel retour du concret. L’homme, un multirécidiviste et alcoolique notoire, s’en sort avec une demi-année à passer en prison. La sentence de sa concubine sera prononcée plus tard.

 

L’insolite de la semaine: Selon toute vraisemblance, l’énergumène avait une dent contre l’uniforme bleu. Cette mordante histoire s’est déroulée mardi midi, à Muret en Haute-Garonne. Peu avant quatorze heures, des policiers municipaux croisent une voiture qui fonce dans les rues du quartier nord de la ville. Ils reconnaissent le véhicule, dérobé la veille à un particulier de la région. Gyrophares hurlants, ils prennent en chasse le chauffard qui ne se démonte pas et tente de tenir la distance. Mais les policiers ne sont pas des buses de la pédale que l’on peut semer en deux coups de volants. Surement trop abreuvé de films, l’individu surestime ses aptitudes au pilotage. Contresens, passage tambour battant au feu rouge, le conducteur prend des risques insensés. C’est finalement un mur qui stoppe sa course effréné et anéanti ses ambitions. Cerné par les agents, le conducteur se démène cependant comme un beau diable. Dans l’empoignade, il mord l’un deux au bras d’une férocité animale. Mais ses canines de jouvenceau n’ont pas résisté au marteau de la justice. Jugé en comparution immédiate, le vampire de la route a été condamné à six mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Toulouse. Petit Dracula loge désormais dans un manoir aux barreaux d’acier.

 

Faits et méfaits:

Jeudi: Peu avant midi, les gendarmes ont pris en chasse une Peugeot 406 sur la route reliant Cugnaux à Toulouse. Le conducteur et son passager, âgés d’une vingtaine d’années, venaient de commettre un cambriolage à Frouzins. Au terme d’une course-poursuite mouvementée, les fuyards ont été interpellés puis placés en garde-à-vue.

Vendredi: A Seysses, rue Boltar, un homme a fait un malaise au volant de sa voiture. Le véhicule a raclé la bordure d’un parc côté gauche avant de s’empaler contre un muret. L’incident n’a heureusement causé que peu de dégâts dans cette ruelle étroite. Par mesure de précaution, le conducteur indemne a tout de même été transporté à l’hôpital.

Samedi: Les gendarmes secouristes de haute montagne d’Ariège ont découvert le corps d’un randonneur toulousain disparu depuis mardi. Le cadavre d’Alain Riom, alpiniste chevronné âgé de 62 ans, a été retrouvé en contrebas d’un mont rocheux. Une chute vertigineuse d’environ cinquante mètres ne lui a laissé aucune chance.

Dimanche: Dès deux heures du matin, une énième opération anti-alcoolémie a été déployée par les gendarmes de part et d’autres du département. Malgré la régularité de ces dépistages, nombre de conducteurs n’ont toujours pas compris le message. 322 contrôles positifs ont été enregistrés, dont l’exacte moitié au dessus du taux délictuel. A ce train, les permis de conduire de Haute-Garonne seront vite classés espèces en voie de disparition.

Lundi: Vers 16h30, les sapeurs-pompiers toulousains ont été dépêchés sur le spectaculaire incendie d’une entreprise de papeterie, quartier Croix-Daurade. Une mission rendue délicate par la configuration étroite des lieux, cernés par des flammes hautes et asphyxiantes. Les locaux ont été entièrement ravagés.

Mardi: Aux alentours de seize heures, les gendarmes ont serré près de Beauzelle l’auteur présumé d’un braquage perpétré le matin même. L’individu, âgé de 43 ans, aurait braqué quelques heures plus tôt une caissière du magasin Aldi de Gagnac-sur-Garonne avec une arme à feu. L’homme a été placé en garde à vue le temps de vérifier son implication.

Mercredi: Un point presse de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie de la Haute-Garonne tenu dans la journée a révélé 2 067 446 millions d’euros de fraude dans ses comptes. Selon les chiffres présentés, ce « trou » béant de la Sécurité Sociale a été creusé en grande partie par les professionnels de santé du département.

 

Par Christophe Guerra

Sources: La Dépêche du Midi, DirectMatin Toulouse

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici