Accueil Blog Page 2

Plan Canicule : la Mairie de Toulouse se mobilise pour protéger les plus vulnérables

Plan Canicule : la Mairie de Toulouse se mobilise pour protéger les plus vulnérables
Plan Canicule : la Mairie de Toulouse se mobilise pour protéger les plus vulnérables
Plan Canicule : la Mairie de Toulouse se mobilise pour protéger les plus vulnérables
Plan Canicule : la Mairie de Toulouse se mobilise pour protéger les plus vulnérables

La Mairie de Toulouse mobilise ses services afin de prévenir les risques liés à la canicule et protéger les personnes les plus vulnérables. Une mission de solidarité que la Mairie amplifie en développant un accueil de jour pour femmes avec enfant(s) à la rue, et en proposant des horaires exceptionnellement élargis pour plusieurs services municipaux.

Dès le déclenchement du plan canicule :

– Un site rafraîchi sera ouvert gratuitement pour l’accueil des femmes avec enfant(s) sans domicile : Le restaurant seniors solidaires de la Daurade, situé 8 place de la Daurade, sera ouvert entre 14h et 17h30 les jours d’alerte (semaine et week-end) et fournira des rafraîchissements et collations.

– Les jours d’alerte, les horaires d’ouverture de plusieurs restaurants seniors solidaires seront étendus de 14h à 17h30, en semaine (Saint-Cyprien, Empalot, Soupetard, Minimes, Jules Julien, Reynerie) ainsi que le week-end (Soupetard, Minimes, Reynerie) si le déclenchement est prolongé en week-end.

– Les 165 parcs et jardins dont le Parc de la Maourine, le Théâtre de verdure du Ramier, les squares, les bois comme celui de Limayrac, les zones vertes comme Pech David, les coulées vertes, les bords de Garonne sont accessibles de jour comme de nuit. Les jardins historiques du Jardin des Plantes et du Grand Rond habituellement fermés à 21h l’été resteront ouverts pendant la période de canicule jusqu’à 23h.

– 4 médiathèques climatisées ouvriront jusqu’à 21h, mardi, mercredi et jeudi : Fabre (quartier Carmes), Saint Exupéry (quartier Bagatelle), Serveyrolles (quartier Soupetard) et Pradettes.

– Les horaires d’ouverture des piscines municipales seront étendus en soirée. En effet, les bassins d’été couverts (Alex Jany, Papus et Toulouse Lautrec) resteront ouverts jusqu’à 22h. Les bassins plein air (Nakache été, Castex et Chapou) fermeront à 21h pour des raisons de sécurité.

La baisse de la luminosité liée à la tombée de la nuit rend, en effet, très problématique la surveillance de la baignade de ces bassins en plein air. Pour rappel, la piscine Jean Boiteux est, elle, ouverte, à partir du 20 juillet, de 7h à 14h pour permettre aux nageurs toulousains d’avoir accès à un bassin en matinale.

– Des messages via le haut-parleur seront régulièrement diffusés à Toulouse Plages et à la Ramée pour rappeler les bons gestes, pour la mise à disposition de douches (pour les 2 sites) et de brumisateurs (uniquement pour Toulouse Plages installés en permanence).

Se faire recenser auprès d’Allô Seniors

En complément de ces mesures, la Mairie de Toulouse et le CCAS rappellent qu’il est important pour les seniors et leurs proches de se faire recenser auprès d’Allô Seniors :

– Ce dispositif d’accompagnement en direction des Toulousains les plus vulnérables (personnes âgées, en situation de handicap, malades ou isolées) accessible notamment via la plateforme en ligne Allô Seniors. Le recensement est gratuit et volontaire.

Les informations sont confidentielles. En période de canicule, les personnes recensées, fragiles, isolées sont contactées par des agents de la Mairie et du Centre Communal d’Action Sociale. En cas de problème ou de non-réponse, une alerte est déclenchée et pourra être suivie d’une intervention à domicile.

– Appelez le 0 800 042 444 – appel gratuit depuis un poste fixe, 24 h/24, 7 j/7
– L’ensemble des consignes de prévention aux risques liés aux fortes chaleurs sont disponibles sur Toulouse.fr

 

La rédaction

ManifestO : la photo dans toute sa splendeur

ManifestO : la photo dans toute sa splendeur Photo : Olivier Papegnies/dr
ManifestO : la photo dans toute sa splendeur Photo : Olivier Papegnies/dr
ManifestO : la photo dans toute sa splendeur Photo : Olivier Papegnies/dr
ManifestO : la photo dans toute sa splendeur
Photo : Olivier Papegnies/dr

La 17e édition du Festival ManifestO, se déroulera du 13 au 18 septembre 2019. Un événement majeur de rencontres photographiques à Toulouse.

Flash-back sur ManifestO, crée en 2002 par un collectif d’artistes. L’objectif est l’invitation toulousaine à la création de la photographie internationale. Depuis sa création, cette association a permis à plus de 300 photographes d’exposer leur œuvre à Toulouse.

Depuis 2007, chaque édition se place sous le parrainage d’un photographe de renom. Cette année, l’artiste photographe, Louis Jammes sera l’invitée d’honneur de cette manifestation. Il présidera le jury de professionnels de l’image du festival 2019. Celui-ci est composé de Marie-Frédérique Hallin, (directrice du centre d’art et de photographie de Lectoure), Fred Boucher ( co-directeur de Diaphane et des Photaumnales, pôle photographique en Hauts de France), et d’ Éric Karsenty (rédacteur en chef du magazine Fisheye).

Pour cette année, ces jurés ont sélectionné 12 lauréats parmi 320 propositions reçus, à la suite de l’appel à auteurs, lancé aux artistes de toutes les nationalités, tous âges ou de statut particulier. De plus, aucun thème n’est imposé.

Les lauréats

Les photographes retenus ont chacun un conteneur de cargo de 20 pieds afin d’y présenter leur travail. Les grandes boites en fer seront installées en bord de Garonne, plus précisément à la place Saint Pierre. Par ailleurs, 750 euros leur sont attribués pour les droits de représentation.

Le public pourra admirer les photographies des primés, tels qu’Ana María Arévalo Gosen, photojournaliste indépendante, qui a photographié des femmes dans des centres de détention provisoire au Venezuela. Dans un autre registre, les spectateurs découvriront, une série de photographies de Victor Giroux, qui « concentre » le sujet dans l’image via une certaine frontalité. En plus de la présentation de ces clichés, des expositions associées seront disponibles.

Manifesto, soutient le vainqueur du « Grand Prix Photographie » décerné par l’ETPA, école toulousaine de formation aux métiers de la Photographie et du Game Design, en présentant son travail à la Galerie Photon.

22 000 participants

La dernière édition avait attiré 22 000 participants durant les 16 jours du festival, dont 1 754 visiteurs scolaires venant de la maternelle au BTS.

 

 

Liliana Brel

Toulouse. Exposition photos sur les femmes Maîtres d’art à la gare Matabiau

Fanny Boucher et Marie Levoyet ©Edouard Elias
Fanny Boucher et Marie Levoyet ©Edouard Elias
Fanny Boucher et Marie Levoyet ©Edouard Elias
Fanny Boucher et Marie Levoyet ©Edouard Elias

Pour célébrer les 25 ans du titre de Maître d’art, une sélection de photographies signées Edouard Elias sont dévoilées au grand public à partir du 22 juillet dans les halls de la Gare de Toulouse Matabiau.

Cette exposition, réalisée en partenariat avec Gares & Connexions, invite les voyageurs à découvrir les ateliers, les gestes et les savoir-faire de cinq femmes Maîtres d’art qui ont conquis des univers trop souvent masculins en imposant leurs visions personnelles.

Issues de la série photographique, Un nouveau regard sur les Maîtres d’art, c’est une véritable plongée dans l’univers des métiers d’art et des savoir-faire rares qu’offre le photojournaliste Edouard Elias.

5 femmes Maîtres d’art

Créé en 1994, le titre de Maître d’art récompense l’ingéniosité française dans les métiers d’art et a pour but de préserver les savoir-faire rares. La nomination du Maître d’art est également l’unique voie d’accès au dispositif “Maître d’art – Elève”, sans équivalent en Europe. Ce dispositif assure la transmission des savoir-faire qui, en dehors des ateliers, ne sont plus enseignés.

Après avoir investi Paris Gare de Lyon et la Gare de Strasbourg, les Maîtres d’art continuent de se dévoiler en France. Pour cette dernière exposition, il s’imposait de mettre en lumière des femmes, des pionnières devenues aujourd’hui des références dans leur domaine, qu’elles soient Maîtres d’art ou Élèves.

Cinq ambassadrices ont été choisies, gardiennes de savoir-faire qui étaient parfois presque perdus et qui ont donné une nouvelle image à leurs métiers : l’héliograveur Fanny Boucher, la laqueur Isabelle Emmerique, la graveur de poinçons typographiques Annie Bocel, la costumière Christine Leclercq, la marqueteuse de paille Lison de Caunes. Pendant tout l’été, leurs ateliers et leurs gestes sont à découvrir en Gare de Toulouse.

Les Maîtres d’art dans l’œil d’un reporter de guerre

En 2017, Edouard Elias, photo-reporter habitué à couvrir des conflits internationaux, sollicite Fanny Boucher, héliograveur et Maître d’art, pour l’édition d’un livre d’art dédié au scènes captées à bord de l’Aquarius. Cette rencontre lui fait découvrir le travail trop peu connu des Maîtres d’art, qu’il décide de documenter.

Pour fêter les 25 ans du titre de Maître d’art, l’INMA a demandé à Edouard Elias de sillonner la France et de poser son regard sur les Maîtres d’art et leurs Elèves. De ce voyage sont nées trois expositions, en partenariat avec Gares & Connexions.

3 expositions, 3 thèmes, 3 lieux : les ateliers parisiens à Paris Gare de Lyon en mars, les Maîtres d’art du Grand Est en Gare de Strasbourg au début de l’été, enfin les femmes Maîtres d’art dans la Gare de Toulouse jusqu’à fin septembre.

À propos du titre de Maître d’art et du Dispositif Maîtres d’art – Elèves :

Inspiré par les Trésors nationaux vivants du Japon, le titre de Maître d’art est décerné à vie par le ministère de la Culture. Depuis 1994, il distingue des femmes et des hommes de passion pour la singularité de leur savoir-faire, leur parcours exceptionnel et leur implication dans le renouvellement des métiers d’art.

Depuis la création du titre, 132 professionnels ont été nommés dans plus de 90 spécialités différentes, tant dans le champ de la création artistique que de la préservation du patrimoine. Plus qu’une reconnaissance, le titre de Maître d’art est le symbole d’un engagement. Une fois nommé, chaque Maître d’art a le devoir de transmettre son savoir-faire à l’Elève avec lequel il a été sélectionné.

À propos de l’Institut National des Métiers d’Art :

Opérateur de l’Etat placé sous la tutelle du ministère de l’Economie et des Finances et du ministère de la Culture, l’Institut National des Métiers d’Art (INMA) mène une mission d’intérêt général au service des métiers d’art. Il conduit des actions au plan national et international : l’information des publics, la veille du secteur, son développement et sa promotion, la transmission des savoir-faire et l’organisation du plus grand événement dédié aux métiers d’art en Europe, les Journées Européennes des Métiers d’Art.

Exposition Gare Matabiau : ” À la rencontre des gardiennes du savoir ” du 22 juillet au 30 septembre 2019

 

La rédaction

Nîmes. Un jeune dealer de 13 ans arrêté en possession de drogue

Nîmes. Un jeune dealer de 13 ans arrêté en possession de drogue
Nîmes. Un jeune dealer de 13 ans arrêté en possession de drogue cdr

 

Nîmes. Un jeune dealer de 13 ans arrêté en possession de drogue
Nîmes. Un jeune dealer de 13 ans arrêté en possession de drogue
cdr

Les policiers de la brigade anti-criminalité de Nîmes ont interpellé mercredi après-midi un garçon de 13 ans. Il était en train de vendre du cannabis.

Mercredi 17 juillet aux alentours de 14 heures, un jeune garçon est arrêté par les policiers de la brigade anti-criminalité de Nîmes. Le mineur était en train de vendre du cannabis à un quinquagénaire dans le quartier de Bachalas, dans le secteur Gambetta.

Appréhendé par les forces de l’ordre, le jeune homme de 13 ans et demi avait en sa possession de 48 grammes de résine de cannabis. La drogue se trouvait dans des pochons pour être vendus, rapportent nos confrères d’Objectif Gard.

Placé en garde à vue, le jeune délinquant n’était jusque là pas connu des services de police et de la justice. Il fait l’objet d’une convocation devant le tribunal des enfants.

 

Raphaël Crabos

Toulouse. Le Muséum part à la rencontre des peuples autochtones

Toulouse. Le Muséum part à la rencontre des peuples autochtones
Toulouse. Le Muséum part à la rencontre des peuples autochtones cdr

 

Toulouse. Le Muséum part à la rencontre des peuples autochtones
Toulouse. Le Muséum part à la rencontre des peuples autochtones
cdr

À quelques jours de la Journée internationale des peuples autochtones, décrétée par les Nations Unies le 9 août, le Muséum part à la rencontre des Wayampi, ces Français du bout du monde qui parlent une langue que nous n’avons jamais entendue, mais qui sont aussi des enfants de la République.

Des représentants de ce peuple amérindien de Guyane seront exceptionnellement au Muséum du 25 au 27 juillet pour faire découvrir leurs traditions et leurs rituels. Leur venue coïncide avec la parution de l’ouvrage Oka Amazonie, paroles d’une forêt habitée, coédité par le Muséum et Muséo Éditions.

Des Wayampi à Toulouse

Depuis avril dernier, le Muséum est le théâtre d’une très belle exposition consacrée à l’Amazonie. Oka Amazonie, une forêt habitée puise dans les collections botaniques, ethnographiques et zoologiques du Muséum de Toulouse pour présenter l’incroyable beauté de l’Amazonie, sa biodiversité, son inépuisable richesse culturelle, mais aussi l’histoire et le mode de vie des peuples amérindiens aujourd’hui.

L’exposition interroge des enjeux de société essentiels : la protection de la biodiversité, le devenir des cultures autochtones, la préservation du patrimoine matériel et immatériel… Elle s’attache, à travers l’exemple de la situation en Guyane, à la manière dont une culture « traditionnelle » fait face à la modernité. En somme, qu’est-ce qu’être amérindien aujourd’hui ?

C’est à cette question que tenteront de répondre des Wayampi, un des six peuples amérindiens de Guyane, qui viendront au Muséum du 25 au 27 juillet prochains dans le cadre d’une tournée artistique en France organisée par l’association Yapukuliwa.

 

 

La rédaction

31e édition du Festival Mima

31e édition du festival Mima cMima/dr
31e édition du Festival Mima cMima/dr
31e édition du festival Mima cMima/dr
31e édition du Festival Mima
cMima/dr

La 31e édition du Festival Mima, se déroulera du 1er au 4 août 2019, à Mirepoix. Un événement consacré au théâtre des arts de la marionnette.

Quatre jours au pays des marionnettes, c’est ce que propose le Festival Mima, cet été, du 1er au 4 août 2019. Une manifestation qui est entièrement axée sur les formes contemporaines du théâtre de marionnettes. Dans un désir de développement touristique, économique et médiatique, le Festival Mima a été créé en 1989, par la mairie de Mirepoix.

Aujourd’hui, cette genèse fait de Mima un rendez-vous incontournable de la scène marionnettique nationale et internationale. Ce projet, est mené par l’association Filentrope, qui elle a été créée en 1995. L’association encourage une marionnette diversifiée, inventive et de création. Alors, en 1998, elle désire ancrer le festival dans son territoire. Ainsi, elle mène des actions territoriales à l’échelle intercommunale, départementale et régionale.

Artistes-complices : les frères Pablof

Avec la thématique « F(r) ictions du réel », cette 31e édition, aura comme artistes complices les frères Pablof. Ces comédiens-marionnettistes, raconteront le monde, avec leur langage poétique et sensible. Grâce à leurs deux spectacles « Qu’on vive ! » et « Ma place à table » et leurs documentaires réalisés pendant leur résidence de territoire à Mirepoix cet hiver. Enfin, ils discuteront dans une table ronde à propos de la place du réel dans leur démarche artistique.

Comme chaque année, le festival comprend une partie IN, en salle avec une vingtaine de compagnies. L’autre partie est OFF, elle se déroulera dans l’Allée des Soupirs avec plus 40 compagnies. Les spectacles et les propositions artistiques seront proposés dans 17 lieux.

Rendez-vous de la découverte

Six créations de Mima seront à l’honneur et il y aura deux premières en France : le théâtre d’objets et de marionnettes en papier, de l’artiste, actrice et marionnettiste, Maayan Iungman. Ainsi, que le spectacle de huit artistes d’horizons différents qui se surnomme « Une Tribu Collectif ». Ce groupe belge a reçu le prix de la Ministre de la Culture aux Rencontres de théâtre jeune public de Huy en 2018 en Belgique.

Les festivaliers pourront assister à pleins d’autres spectacles internationaux, à des créations régionales et nationales pendant quatre jours. Aussi, le public pourra créer un lien avec la création, dévoiler leur sensibilité, ces potentialités et ces différences. De plus, les spectateurs pour qui la culture est inexistante ou pour les personnes qui ont des difficultés sociales et économiques sont invités à s’évader et à espérer.

34 138 visiteurs uniques en 2018

Selon l’étude des publics par l’Ariège Pyrénées Tourisme, en 2018, par jour 12 000 personnes venaient au festival. Au total, sur les quatre jours cumulés, l’étude compte 47 900 personnes et 34 138 participants uniques qui ont été comptabilisés une seule fois durant les 4 jours du festival.

 

 

Liliana Brel

Toulouse. Une jeune femme poignardée et égorgée en pleine rue jeudi matin

Toulouse. Tué devant une discothèque pour une place dans une file d’attente
Toulouse. Tué devant une discothèque pour une place dans une file d’attente
Toulouse. Une jeune femme poignardée et égorgée en pleine rue jeudi matin
Toulouse. Une jeune femme poignardée et égorgée en pleine rue jeudi matin

Un homme a agressé à l’arme blanche une jeune femme de 36 ans dans la nuit de mercredi à jeudi. Égorgée et poignardée à plusieurs reprises, la victime a été transportée en urgence absolue à l’hôpital.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, vers 2h25 du matin, une femme a été attaquée dans la rue, chemin Linières, dans le nord de Toulouse. Alors qu’elle regagnait son domicile, la jeune femme de 36 ans a essuyé des coups de couteau par un inconnu. La mère de famille a été égorgée, puis poignardée au thorax à deux reprises, près du coeur. Elle quittait probablement son travail lorsque son agresseur l’a attaqué.

Malgré la gravité de ses blessures, elle n’a pas perdu connaissance, et ce sont ses cris qui ont alerté le voisinage. Ils lui ont prodigué les premiers soins en attendant l’arrivée des secours. Les pompiers et les médecins du Samu l’ont rapidement prise en charge, dans un état très critique.

Un homme arrêté

De son côté, la police débutait l’enquête et récoltait les premiers indices. Transportée en urgence absolue aux urgences de l’hôpital Purpan, elle a été opérée dans la nuit. Les nouvelles restent très préoccupantes malgré le fait que sont état de santé se soit stabilisé. La gorge de la victime a été tranchée de la veine jugulaire à la carotide, en passant par le larynx. Elle souffre également d’une perforation du thorax et du myocarde, le muscle enveloppant le cœur, ainsi que d’une importante lésion au foie.

Peu après l’agression, un homme correspondant au signalement de la victime a été interpellé par les forces de l’ordre. Il serait accusé de recel vers 4 heures du matin, et aurait agressé plusieurs passants. Le sans domicile fixe, très agité, a été placé en garde à vue, rapporte la dépêche du Midi. Mais il est encore trop tôt pour connaitre le coupable de cette agression en pleine nuit.

 

Raphaël Crabos

Toulouse. Top départ pour la construction de la Tour d’Occitanie 

Toulouse. Top départ pour la construction de la Tour d'Occitanie 
Toulouse. Top départ pour la construction de la Tour d'Occitanie i CCompagnie de Phalsbourg.
Toulouse. Top départ pour la construction de la Tour d'Occitanie 
Toulouse. Top départ pour la construction de la Tour d’Occitanie i CCompagnie de Phalsbourg.

Les 5 avis favorables pour le projet Teso et le permis de construire de la Tour Occitanie ont été publié par la préfecture. 1 763 contributions ont été recueillies à l’issue de l’enquête publique.

Mercredi 17 juillet, la préfecture de Haute-Garonne a publié les 5 avis favorables de la commission d’enquête publique pour le projet Toulouse EuroSudOuest (Teso), et le permis de construire de la Tour Occitanie.

Le feu vert a donc été donné pour la future construction de la tour. Pour rappel, l’ouvrage de 40 étages et de 150 mètres devrait s’élever en haut des allées Jean-Jaurès, devant la médiathèque, et à proximité immédiate avec la gare Matabiau.

Au terme de l’enquête publique qui s’est déroulée du 14 mars au 30 avril 2019, ce sont 1 763 contributions qui ont été recueillies, rapporte la dépêche du Midi. Le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, a confirmé le souhait d’associer à la construction de l’édifice les habitants, les experts et les associations.

Le permis de construire de la Tour Occitanie ayant été validé par la commission, la signature devait avoir lieu dans les prochains jours par Annette Laigneau, adjointe au maire en charge de l’urbanisme.

En tant que promoteur de la tour, la Compagnie de Phalsbourg s’engage à respecter les réserves et recommandations émises par la commission d’enquête. Ce dernier devra notamment financer 3 950 m² de logements sociaux dans la 1ère phase de Teso, en plus des 1 000 logements sociaux déjà prévus pour le nouveau quartier.

 

Raphaël Crabos

Occitanie. 850 cartouches de cigarettes de contrebande saisies à Toulouse et en Ariège

Occitanie. 850 cartouches de cigarettes de contrebande saisies à Toulouse et en Ariège cdr
Occitanie. 850 cartouches de cigarettes de contrebande saisies à Toulouse et en Ariège cdr
Occitanie. 850 cartouches de cigarettes de contrebande saisies à Toulouse et en Ariège  cdr
Occitanie. 850 cartouches de cigarettes de contrebande saisies à Toulouse et en Ariège
cdr

C’est une semaine bien remplie pour les douaniers de Toulouse et d’Ariège. Entre le 1er et le 7 juillet, ce sont 850 cartouches de cigarettes illicites, soit l’équivalent de 170 kilos qui ont été saisies.

Samedi 6 juillet, les douaniers de l’aéroport de Toulouse-Blagnac contrôlent un individu à priori lambda. Ressortissant ukrainien, il est arrêté en possession de 75 cartouches de cigarettes de contrebande. La marchandise lui est alors confisquée, et le convoyeur est libéré, moyennant le paiement de l’amende douanière.

À plusieurs reprises, il est observé à proximité de l’aéroport, en compagnie d’un second ressortissant d’origine ukrainienne. Les douaniers décident donc de les contrôler à nouveau le dimanche 7 juillet, au cas où. Rebelote, cette fois-ci ce sont 374 nouvelles cartouches de cigarettes qui sont réceptionnées par les forces de l’ordre.

Lors de cette série de saisies, ce sont près de 90 kg de cigarettes de contrebande qui ont ainsi été confisqués. Une quantité astronomique qui représenterait plus de 25 000 euros de droits et taxes non perçus par l’État français.

Jugés le jeudi 11 juillet, les 2 contrebandiers ont été condamnés respectivement à 8 mois de prison avec sursis, et 6 mois de prison avec sursis. À ces peines s’ajoutent quelque 30 000 euros d’amende douanière.

L’enquête effectuée par les services de police a révélé que 6 valises avaient été prises en charge par les deux hommes à l’aéroport de Kiev, à destination de Toulouse. Ils devaient être rémunérés 700 € chacun pour le voyage, rapportent nos confrères de la dépêche du Midi.

170 kilos en une semaine

Trois jours plus tard, lors d’un service à pied dans les montagnes, les douaniers de la brigade d’Ax-les-Thermes ont identifié des marcheurs assez lourdement chargés. À la vue des forces de l’ordre, les contrebandiers ont pris la fuite dans les bois, abandonnant sur place leur cargaison. Résultat : 39 kilos de cigarettes supplémentaires saisis.

Lors de ces deux opérations, ce sont donc 129 kilos qui ont été confisqués à Toulouse et en Ariège. Un total ramené à 170 kg si l’on ajoute toutes les saisies individuelles faites par l’ensemble des unités de police. Soit l’équivalent de 850 cartouches.

Un constat qui vient appuyer encore plus l’enquête réalisée il y a quelques jours par Santé publique France, dans laquelle ils montrent que 1/5e des fumeurs d’Occitanie achètent leur tabac à l’étranger. Un chiffre au dessus de la moyenne nationale, dû à la proximité avec l’Espagne et l’Andorre, mais également aux ventes illicites.

 

Raphaël Crabos

Toulouse. Une fille de 4 ans fait une chute du premier étage

Toulouse. Une fille de 4 ans fait une chute du premier étage cdr
Toulouse. Une fille de 4 ans fait une chute du premier étage cdr
Toulouse. Une fille de 4 ans fait une chute du premier étage cdr
Toulouse. Une fille de 4 ans fait une chute du premier étage
cdr

Alors qu’elle se trouvait au domicile familial, une fillette de 4 ans est tombée d’une fenêtre au premier étage. Elle se trouvait dans un état grave lors de sa prise en charge par les pompiers.

Mercredi 17 juillet en fin d’après-midi dans le quartier de la Roseraie, dans le nord-est de Toulouse, une fillette de 4 ans a fait une chute du premier étage sur un sol bétonné.

L’accident s’est produit aux alentours de 18h45, rue de Nicol, alors qu’elle se trouvait au domicile familial. Selon les premiers éléments, la petite fille aurait fait une chute de trois mètres et serait tombée sur le dos sur le béton, rapporte la dépêche du Midi.

Rapidement prise en charge par les sapeurs-pompiers et le Samu, elle a été conduite d’urgence en réanimation à l’hôpital Purpan.

Son pronostic vital était engagé au moment de son transport. Une enquête a été ouverte par la police et confiée à la brigade de protection des familles de la sûreté départementale, pour déterminer les raisons de la tragique chute.

 

Raphaël Crabos