Accueil Opinions Julien Faessel EELV : Les petits arrangements de « la politique autrement »

EELV : Les petits arrangements de « la politique autrement »

EELV : Les petits arrangements de « la politique autrement »L’actualité de la rentrée, c’est les Municipales nous dit-on. Il est vrai que ce mois de septembre va voir différentes formations voter pour leurs candidats. Dans ce type de vote extrêmement sensible, le mode de scrutin est prédominant. Et si l’UMP connait une amélioration démocratique, EELV s’enfonce toujours plus dans la magouille et le tripatouillage.

 

Un vote aura donc lieu à l’UMP31 (pour désigner les personnalités présentes sur la liste pour les élections municipales), qui semble avoir tiré des leçons de la récente guerre des chefs, puisque les procurations seront interdites. Seuls les militants physiquement présents pourront y voter. Pour monsieur tout le monde cette subtilité ne veut pas dire grand chose, mais à EELV elle est essentielle. Historiquement chez les Verts il n’y avait pas de limite de procurations. On pouvait donc faire adhérer toute sa famille et arriver le jour du vote avec une dizaine ou plus de « pouvoirs » et donc voter pour dix ou plus. Désormais le nombre de procuration par personne est limité à une. Cela n’empêche pas la traditionnelle « collecte de procu » avant le vote qui est généralement bien plus déterminante que toute présentation, parcours, idées ou propositions. J’avais dans une chronique précédente expliqué comment Régis Godec avait activement mené cette collecte pour les législatives.

Dans des groupes aussi peu nombreux, chaque voix compte. Il est donc fréquent de voir des familles militantes contrôler un groupe. Faire adhérer sa femme, ses enfants, sa grand-mère, sa voisine, le chien de la voisine, et voter pour eux donne un avantage « démocratique » certain, et la majorité absolue (et les bonnes places) à coup sûr. Le lecteur attentif aura peut-être tiqué au fait de faire adhérer un animal à un parti politique. Figurez-vous qu’à EELV c’est possible ! Aucun contrôle n’est effectué sur les adhérents, il faut juste que leur cotisation soit payée (peu importe par qui). Il est donc possible de faire adhérer des animaux, des morts, des plantes vertes et de voter pour eux grâce à la magique procuration lors des votes. Un néo-député vert d’une région limitrophe était d’ailleurs connu pour faire adhérer du monde à la chaine sur internet, et avec sa propre carte de crédit (cela a peut-être pu l’aider à être « élu » candidat…).

Mais le meilleur est pour la fin. J’ai été alerté par des militants inquiets me demandant mon avis (en tant qu’ancien garant de l’application locale des statuts nationaux). En effet, il semblerait qu’à Toulouse, les Verts vont inventer un nouveau mode de scrutin. Le hic étant que modifier un mode de scrutin est un acte intéressé, et que le mode de scrutin pour chaque type d’élection est défini nationalement par les statuts d’EELV. Ce point avait d’ailleurs été défini par référendum des militants en 2011 [« Question E-1 : Pour la désignation de candidat/e/s dans le cadre de scrutins de listes : Je souhaite l’utilisation de la proportionnelle de liste avec ordonnancement des candidat/e/s de la liste choisie. (71,35%) »]. Les Verts ne jurent d’ailleurs habituellement que par le scrutin de liste, qui selon eux leur permettrait d’avoir plus d’élus. Dans le cas présent, il semblerait que les Verts Toulousains créent un système de « chaise musicale », où les personnes seraient élues une par une. Un vote anti-statutaire donc, mais qui a l’avantage d’éviter les mauvaises surprises. Les caciques pouvant en effet s’organiser entre eux pour concentrer leurs votes (et leurs procurations) dans un ordre prédéfini, et éviter ainsi qu’un « gêneur » ou quelqu’un de trop indépendant des logiques de clan et de carrière soit en bonne position. Cela peut être mis en parallèle avec l’actuel chef d’EELV qui se sent des envies de cumul interdits par les statuts. Mais vu que c’est le chef officiel et qu’il est copain avec le couple des vrais chef ministre et sénateur…

Le slogan des Verts est « faire de la politique autrement ». Avec toutes ces magouilles on est dans l’autrement pour sûr. Autrement que démocratique, et surtout autrement que de s’intéresser à l’intérêt des Toulousains…

 

Chronique signée par Julien Faessel, ancien secrétaire d’Europe Ecologie les Verts à Toulouse que vous retrouverez un jeudi sur deux sur Toulouse Infos ou sur son blog http://julienfaessel.wordpress.com/.

La rédactionhttps://www.toulouseinfos.fr
Pierre-Jean Gonzalez, rédacteur en chef de toulouseinfos.fr a collaboré avec de nombreux médias avant de prendre la direction du site toulousain, qui existe depuis 10 ans.

1 COMMENTAIRE

  1. Droit de réponse d’eelv Toulouse :

    « Nous constatons une nouvelle fois que Julien FAESSEL fait passer son amertume et sa rancœur avant toute objectivité. Il faut rappeler que Julien FAESSEL a démissionné de ses fonctions suite à un conflit avec le bureau du groupe local. Il n’est donc pas sain de se positionner comme observateur, statut neutre exigeant un regard distancié, alors que l’auteur est lui-même impliqué dans un conflit personnel avec l’objet de son analyse.

    Sa dernière chronique est donc basée sur des “on dit”. Il aurait été plus professionnel en tant que chroniqueur de recouper ces informations auprès du bureau du groupe local, qui définit les modalités d’élections internes. Néanmoins, les propos diffamatoires tenus nous donnent l’opportunité d’expliciter en toute transparence le processus de désignation aux élections municipales.

    Les modalités de scrutin que nous appliquons se font dans le respect des textes, dans le cas présent les articles III-2 et III-2-5-2 du Règlement national qui stipulent que le scrutin proportionnel de liste doit être utilisé. En respect du principe de subsidiarité, selon lequel la décision appartient à l’échelon à laquelle elle s’applique, le choix des candidat.e.s aux municipales de Toulouse revient au groupe local, c’est-à-dire à l’ensemble des militant.e.s toulousain.e.s. C’est eux en Assemblée Générale qui choisiront le binôme paritaire tête de liste et procèderont à l’ordonnancement des candidat.e.s par un scrutin interne de liste proportionnelle comme défini dans nos statuts. Ce processus, s’il n’est pas parfait, reste l’un des plus démocratiques du paysage politique toulousain.
    Pour les procurations, ce système existe au sein d’EELV comme pour les élections de tout type. Un.e électeur.ice peut donner procuration de vote à un-e autre électeur.ice aux élections municipales, cantonales, régionales, législatives, présidentielles et européennes. Faut-il remettre en cause cette possibilité dans chacune de ces élections ? La décision de limite du nombre de procuration par personne prise au sein d’EELV permet d’éviter les dérives potentielles de ce système.
    Enfin, affirmer qu’un animal peut adhérer à EELV est totalement délirant. Seule une personne physique peut adhérer, et les adhésions sont contrôlées par notre instance régionale, en lien avec le groupe local toulousain. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici