Accueil Opinions Gold 31 Moudenc : « Y'a plus un rond dans la kasbah ! »

Moudenc : « Y’a plus un rond dans la kasbah ! »

Moudenc : Y'a plus un rond dans la kasbah !Voici quelques mois, j’écrivais dans Toulouse Infos, une chronique qui définissait quels devraient être les sept travaux d’Hercule-Moudenc, pour que ce dernier parvienne à reprendre le Capitole aux socialistes.

 

C’est désormais chose faite. Et chacun y aura été comme c’est la coutume au moment de la victoire, de sa citation « encensatoire » personnelle, à l’égard de celui pour lequel, certains « pisse-froid » n’auraient pas misé un seul kopeck.

Mais rien ne s’arrête jamais pour les dieux de l’olympe, contrairement au genre humain auquel « nouzôtres » pauvres hères, appartenons.

Voici en effet qu’à peine installé dans ses nouveaux locaux, s’annoncent déjà d’autres épreuves, et pas des moindres pour notre héros régional. (Une sorte de saison deux d’un Toulouse-réalité qui promet).

 

Sur les finances de la ville d’abord :

Un récent audit a montré que l’épargne de 140 millions d’euros réalisée par Jean-Luc Moudenc en 2008 avait fondu à 17 millions d’euros…sous le règne de l’ex maire socialiste Pierre Cohen.

Vous aurez traduit comme moi : « Les caisses sont vides ! »

Et comme un malheur n’arrive jamais seul, le gouvernement de François Hollande, enlisé dans ce déclin de la France qu’il ne doit semble-t-il qu’à lui-même, vient de décider pour les trois prochaines années une baisse de la dotation de l’État, qui se traduira concrètement pour Jean-Luc Moudenc, par 510 millions d’euros de recettes en moins.

Ayant par ailleurs promis durant sa campagne qu’il n’augmenterait pas les impôts locaux des toulousains, ne restait plus alors pour Moudenc, qu’un seul recours pour renflouer les caisses et par là-même, financer ses projets : celui de s’attirer la bienveillance du socialiste Malvy…lequel détient toujours, en tant que Président, les cordons de la bourse au niveau régional.

Hélas trois fois hélas, voici que l’on apprend dans la presse locale, par lettres ouvertes interposées, qu’entre eux, le torchon brûlerait aussi.

Si Malvy se recroquevillait soudain, tel Harpagon sur sa cassette, alors Jean-Luc Moudenc devra trouver d’autres moyens de financements complémentaires, et troquer sa tenue d’Hercule pour enfiler celle du roi  Midas, afin de transformer pour peu qu’on parvienne à y croire, les galets de la Garonne…en pépites d’or.

Mais le moyen le plus sûr de trouver un financement consistera pour le Centre Droit à reprendre, après le Capitole, les rennes de la région, des mains de Malvy. Si Hollande continue sur cette voie, alors tous les espoirs sont permis pour Moudenc.

 

Sur un plan politique ensuite :

Réputé proche d’Alain Juppé, lequel soufflera sa soixante neuvième bougie le 15 août prochain, Jean-Luc Moudenc devra aussi veiller à ne pas se tromper de candidat « à soutenir », pour 2017.

A l’occasion de cette échéance électorale majeure pour la France, le maire de Bordeaux aura alors 72 ans (en 2017)…et 77 ans, si élu lors d’un premier quinquennat, il se représentait pour un second mandat (qu’il terminerait à 82 ans).

Pour mémoire, de Gaulle jugé déjà très âgé pour l’époque, avait démissionné lui, à 78 ans…

Juppé plus fort que de Gaulle ? Franchement, qui pourrait y croire.

Face à une telle éventualité, on ne peut que difficilement se retenir de crier (en sourdine) : « place aux jeunes ! ». Ou encore : « Allez Wauquiez, donnes-toi un coup de pied au cul ! »

Mais comme dirait BHL : « ce n’est pas parce qu’on est jeune, qu’on a raison ! ». (Seule citation sans doute que la postérité retiendra de notre philosophe au col blanc).

Dans ces conditions, Laurent Wauquiez, ce « jeunot » sur lequel les fées semblent à sa naissance s’être penchées (lequel n’aura que 42 ans en 2017) devra attendre encore un peu…que vieillesse trépasse.

Alors oui, s’il le faut, crions ensemble :

« Juppé président ! »

(Je ne pouvais trouver pire « chute » pour clore ma chronique…pardon ).

 

Chronique signée par notre chroniqueur de droite « JFV » (alias Gold 31) que vous retrouvez un jeudi sur deux sur Toulouse Infos ou sur son blog : http://jeff123.typepad.fr/royalmensonge/.

La rédactionhttps://www.toulouseinfos.fr
Pierre-Jean Gonzalez, rédacteur en chef de toulouseinfos.fr a collaboré avec de nombreux médias avant de prendre la direction du site toulousain, qui existe depuis 10 ans.

7 Commentaires

  1. @Vincent Sur ce sujet, nous avons déjà écrit nombres d’articles d'”info” comme vous dites. Ceci est une chronique, un autre style journalistique à lire avec précaution et surtout avec un peu de second degré. Enfin, Gold 31 a notamment fait la campagne internet de Baudis pour les européennes. Ce n’est donc pas juste “n’importe qui” même si nous sommes tous “n’importe qui”.

  2. Je pense mon cher Vincent, que Gold vous donne plus d’informations que
    vous ne voulez en entendre. Il vous dit qu’il n’y a plus d’argent dans
    les caisses, sous entendant que Moudenc aura du mal à trouver le
    financement pour sa 3ème ligne de Métro tout comme pour le LGV, surtout
    sans le soutien financier du conseil général (or il s’agit de deux de
    ses promesses électorales phares). Sur un plan national, il vous dit que
    la côte de Juppé aujourd’hui, mérite quelques réflexions lucides. Le
    tout dit avec humour, ce qui vous a sans doute perturbé.

  3. @ Vincent, j’ai trouvé l’un des pisse froids de la chronique ! LOL
    je m’amuse beaucoup des chroniques de notre ami Gold 31 et nous sommes des (vieux) habitués de la blogosphère politique !
    Gold en bon observateur à la plume, mais cela ne chatouille pas tout le monde !
    Revenons à Moudenc, quel choix faire pour l’avenir, quel est le bon cheval ? Sarkozy le retour ou pas ? Juppé oui mais, juste pour un mandat de 5 ans, le temps de mettre en selle un poulain !
    Quel serait ce poulain, Lemaire ou Wauquiez ou un qui va sortir du chapeau dans les prochains mois ? En attendant, le reste cool, je suis les combats dans le monde, les manifs, les avions qui se crash, bref un été pourri et la France qui plonge toujours !
    Heureusement, j’ai l’anisette et la kémia, je bois pour patienter,à contrario de la chanson, ce n’est pas l’été qui sera chaud mais l’automne !

  4. Gold 31 n’est pas David Vincent, il ne nous parle pas de chimères mais de caisses vides, ce qui est on ne peut plus concret; plus “cent vingt” donc que “Vincent”, et plus compteur et conteur que brèves de comptoir. Les hommes n’étant pas, comme il dit si bien, des Dieux vivant dans un ciel des idées immuable, il peint, comme Montaigne, le passage… A l’exactitude s’ajoute encore l’ironie mordante qui nous fait tituber de rire. Pour aller dans le sens de Truilhé: « Moi qui me vante d’embrasser si soigneusement les commodités de la vie, et si particulièrement n’y trouve, quand j’y regarde ainsi finement, à peu près que du vent. Mais quoi, nous sommes partout vent. Et le vent encore, plus sagement que nous, s’aime à bruire et à s’agiter, et se contente en ses propres offices, sans désirer la stabilité, la solidité, qualités non siennes. » (Montaigne)
    Gold 31 le sait. La” vérité” est dans le flux perpétuel. Vive ce genre de chroniques qui font la nique à l’esprit de “sérieux” !

  5. Je retiendrai principalement que Moudenc a fait une campagne pleine de promesses nécessitant des financements.
    Je retiendrai que Moudenc n’a pas eu le courage politique de dire aux Toulousains que les dotations aux collectivités territoriales allaient diminuer alors que parlementaire il savait que cette mesure serait annoncée après les municipales.
    Je retiens donc, que Moudenc est un triste sire dangereux pour Toulouse.
    Quand à l’avenir, s’il veut réaliser ce qu’il a promis, sans augmenter les impôts, il ne pourra pas le faire en godillant dans le milieu politicard il devra passer obligatoirement par la recherche de Partenariats Publics – Privés. Lui et son équipe en sont ils capables? J’en doute.
    Pour Toulouse il faut autre chose que le petit carnet toulousain de Moudenc Il faut un carnet d’adresses d’industriels nationaux voire internationaux. Seule Christine de Veyrac avait ce carnet d’adresses…

  6. Quand Lassere parle de pisse-froid à propos de Vincent, il ne croit pas si bien dire ! Comment ne pas se fendre la poire à la lecture d’un tel article pareil, si drôle et si profond: l’art que nous avons de nous fourrer dans des situations que nous ne pourrons pas supporter, et avec volonté, ardeur, enthousiasme, en plus ! Qu’on se rappelle le Brésil qui a déployé tant de moyens et tant d’énergie “joyeuse” pour mettre en spectacle le naufrage, l’impuissance, de son équipe. Quelle tragique ironie. Connaissons-nous un autre chroniqueur que Gold capable de nous parler de si troublantes correspondances des temps modernes ? Moi pas…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici