Accueil Opinions Gold 31 Municipales : La malédiction de MOUDENK-­HAMON serait-­elle à nouveau en marche comme en 2008 ?

Municipales : La malédiction de MOUDENK-­HAMON serait-­elle à nouveau en marche comme en 2008 ?

La malédiction de MOUDENK-­HAMON serait-­elle à nouveau en marche comme en 2008 ? Certes ce n’est qu’un sondage, un de plus, mais tout de même ! Donner Pierre Cohen vainqueur au second tour à 56%, contre 44 % seulement pour l’outsider Jean-­Luc Moudenc, a de quoi interpeller.

 

Alors même que les jeunes de l’UDI viennent de rallier la candidature de Jean-Luc Moudenc, ainsi que le Nouveau Centre 31, ce sondage rappelle néanmoins que ce n’est pas en rassemblant des « petits bouts » à d’autres « petits bouts »… (Surtout lorsque ce rassemblement s’opère en autarcie interne) que l’on parvient à créer une majorité. Pire : alors que l’écart entre Pierre Cohen et Jean-­Luc Moudenc n’était que de quelques centaines de voix en 2008, voici que l’écart se creuserait davantage encore pour 2014 en faveur du candidat socialiste !

D’où ma question : Qu’est ce qui ne fonctionne toujours pas dans la communication de l’ex maire centriste, en 2014, comme en 2008 ? L’absence de réels soutiens influents au sein de la blogosphère régionale ? Sans doute ! Mais cela n’explique pas tout. Il y a là comme une résurgence d’une malédiction concernant le candidat Moudenc face aux municipales, que l’on croyait comme faisant définitivement partie du passé. Que faudrait-­il faire dans de telles conditions, pour conjurer le sort ? Probablement que le candidat soit tout d’abord en capacité « d’entendre les oracles », plutôt que le chant des sirènes (Entendez : celui de ses conseillers en communication). Mais là encore, la surdité n’explique pas tout. L’homme politique Moudenc, a-t-­il aussi une responsabilité personnelle à flirter avec une telle malchance ?

A-t-­il été en mesure, après 6 années de réflexion, d’annoncer un grand projet « pour Toulouse et pour les toulousains », qui sorte des sempiternelles lignes de métro, TGV, et autres grands contournements que l’ensemble des candidats sortent régulièrement de leur chapeau comme autant de lapins, alors que le coup est on ne peut plus éculé.

Non! A part une guéguerre avec Plancade, pour savoir qui d’Adam ou d’Eve avait pondu le premier, le plan de la ligne de métro N° 3…nous n’avons rien trouvé dans le programme de Moudenc, qui ne sorte réellement des sentiers battus.

La sécurité ? Elle n’est pas de son ressort, mais de celui du ministère de l’intérieur tenu par le socialiste Valls. Et c’est Moudenc lui­-même, qui l’avoue publiquement !

Le Métro ? Le TGV ? Ils sont au bon vouloir du financement que voudront bien accorder au chef de l’UMP31, un Conseil général et régional, tous deux socialistes ! Autant tirer un trait sur cette promesse aussi.

Un grand projet social, pour améliorer le quotidien des toulousains? Là encore, si Moudenc avait un tel projet, celui­-ci serait également soumis au financement socialiste. Certes, il n’est pas dans mes habitudes de tirer sur l’ambulance, mais en dehors de voter pour Moudenc en tant que « Président de l’UMP », et essentiellement pour cette raison, quelles seraient les motivations concrètes, qui pourraient décider demain, une majorité de toulousains à porter ce dernier sur les balcons du Capitole ? A ce jour, je n’en vois toujours aucunes.

 

Chronique signée par notre chroniqueur de droite « JFV » (alias Gold 31) que vous retrouvez un jeudi sur deux sur Toulouse Infos ou sur son blog : http://jeff123.typepad.fr/royalmensonge/.


La rédactionhttps://www.toulouseinfos.fr
Pierre-Jean Gonzalez, rédacteur en chef de toulouseinfos.fr a collaboré avec de nombreux médias avant de prendre la direction du site toulousain, qui existe depuis 10 ans.

4 Commentaires

  1. L’autre jour, j’étais à parler avec une Dame que je connais bien au marché de mon village. Elle distribuait des tracts (c’est son problème…) pour le maintien du maire socialiste (c’est son problème aussi!). Je suis resté 20 min à peu près, auprès d’elle. Que n’ai-je entendu comme insultes, des passants, contre la PS. Ils n’en peuvent plus ! Sur 40 personnes, à peu près 2 seulement ont pris ce bout de papier (et encore avec avec trac et sans tact !). Comment Moudenc ne pourrait-il bénéficier de ce dégoût généralisé contre la Gauche ? Lisez l’article génial de notre Gold 31, tout y est génialement dit !!! Tout carré et tout en …charisme.

  2. Bien sûr, l’homme politique doit avoir une potentialité naturelle à rassembler au delà de sa famille et proches, au delà des effets de manches et de coups d’épées dans l’eau. J’adhère totalement à l’analyse de gold même si celle-ci n’est pas agréable pour cause cette fois d’une dérangeante lucidité.
    Je serais curieux de savoir combien de voix potentielles, les colistiers de monsieur Moudenc vont pouvoir amener chacun, dans l’urne de Moudenc?
    Certains n’apporteront sans doute que leur propre voix. Ce n’est pas ainsi que l’on persuade effectivement les toulousains, de voter en masse pour une candidature. Ni l’homme ni les projets portés ne semblent en
    effet à la hauteur des enjeux de demain pour Toulouse.

  3. Réponse de Gold31 à George du Roy:

    Sauf erreur de ma part mon cher professeur émérite, vous nous parlez de Balma.
    Mais à Balma, nous avons un Vincent Novès, candidat UMP, qui ne manque ni de hargne, ni de courage, et qui a pris le risque de défier l’actuel maire socialiste au point d’avoir eu à défendre ses arguments devant un tribunal.
    Rien de tout cela avec Jean-Luc Moudenc. Avec ce dernier, c’est : “ni risque”…et peut-être bien aussi hélas ce qui arrivera demain: “ni victoire”.

  4. Je te trouve bien lucide Jean-François et je ne peux que te rejoindre dans ton analyse. J’ai eu l’occasion d’exprimer mes doutes sur la candidature moudenc, il n’est pas l’homme de la situation. Il a fait un député par défaut suite à une “erreur” de candidature de gauche, il ne sera jamais Maire de Toulouse. Pourquoi?
    1 – Chaque fois qu’il a engagé le “fer” contre Cohen il a toujours perdu.
    2 – Il se remet face à Cohen après un échec aux dernières municipales, le peuple ne se renie pas aussi vite, c’est la règle non écrite de la démocratie.
    3 – Le costume de Maire d’une grande ville comme Tlse est trop grand pour lui. Il manque d’envergure et ses réseaux ne sont pas à la hauteur de l’enjeu.
    En conclusion je dirai que Christine de Veyrac, était la seule qui pouvait faire trembler Cohen et donc elle aurait pu le battre au prochain coup ce que moudenc ne fera jamais.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici