Accueil Dossiers Retour sur l'actu Arrestation, sadomasochisme et faux policiers à la une du journal des faits divers de Toulouse

Arrestation, sadomasochisme et faux policiers à la une du journal des faits divers de Toulouse

Maison d’arrêt de Seysses. Photo / CTDRA ne pas manquer dans le numéro de cette semaine : l’interpellation d’un homme accusé d’être responsable du massacre de plusieurs centaines de Tutsis. Egalement, huit ans de prison pour le thérapeute qui poussait ses patientes à pratiquer le sadomasochisme. Enfin,  quatre individus, peu scrupuleux, qui abusent des personnes âgées pour les délester de leurs objets de valeur. Et surtout, notre passage en revue des faits les plus marquants de la semaine.

 

L’évènement de la semaine : Mercredi matin, un homme de 61 ans, suspecté d’être à l’origine du massacre des Tutsis, a été interpellé la Reynerie, à Toulouse par les gendarmes de la section de recherches de Paris, des spécialistes de la division crimes contre l’humanité et crimes de guerre, entourés d’une unité d’intervention du PI2G. Tito Barahira est soupçonné d’être responsable du massacre de plusieurs centaines de Tutsis. Il avait déjà été arrêté en mars 2011 après une plainte du collectif des parties civiles pour le Rwanda (CPCR) qui pourchasse les génocidaires. Le génocidaire présumé avait été remis en liberté et placé sous contrôle judiciaire.

Le verdict de la semaine : Huit de prison, c’est la peine que devra purger Francis Becquet. En effet, cet homme de 61 ans, a été reconnu coupable de viols et d’actes de torture et de barbarie par la cour d’assises de Haute-Garonne. Ses deux coaccusées ont écopé de deux ans de prison. Il aurait ainsi entraîné dans des dérives sexuelles violentes et traumatisantes des femmes qui cherchaient à se libérer de problèmes personnels via une thérapie. C’est la découverte d’un « donjon » par les gendarmes en 2004 derrière la rue du Languedoc, qui a été le point de départ de ce feuilleton judiciaire. Et pour cause, des équipements sadomasochistes comme des chaînes, des menottes ou encore des croix Saint-André et des fouets avaient été trouvés sur place. Les enquêteurs ont alors soupçonné un psychiatre pratiquant le bouddhisme, Francis Becquet.  C’est une de ses patientes qui avait dénoncé ses pratiques peu orthodoxes. En effet, lors des thérapies, les séances dérapaient très vite sur des pratiques sexuelles d’un tout autre genre.

L’insolite de la semaine : Les personnes âgées sont des proies faciles pour les individus sans scrupules. Et pour cause. Une femme de 90 ans a ouvert à deux voleurs qui se présentaient comme des policiers qui enquêtaient sur des cambriolages perpétrés dans le quartier de Saint-Agne. Mise en confiance, la vieille dame n’a pas vu les faux policiers repartir avec ses objets de valeur. Toujours avec le même stratagème, d’autres individus ont pris pour cible dans le quartier Saint-Etienne, un couple dont les membres sont âgés de 88 et 92 ans. Cette fois, il s’agissait de contrôler la qualité de l’eau. Les voleurs sont repartis  avec 200 € et des bijoux. Les enquêteurs de la sûreté départementale ont été chargés des deux enquêtes.

 

Faits et méfaits

Jeudi : Neuf personnes ont été mises en garde à vue au commissariat central dans le cadre de l’enquête portant sur dix braquages de commerces, entre le 2 février et 21 mars, à Toulouse et dans sa périphérie. Carrefour City, Vival ou encore Intermarché, ont été les victimes de ces malfrats. Le butin qu’ils auraient réussi à obtenir de ces différents braquages a été estimé entre 30 000 et 50 000€.

Vendredi : Les six personnes soupçonnées d’être impliquées dans un réseau de prostitution de Roms à Toulouse étaient toujours en garde à vue. Un homme de 35 ans, sans doute le proxénète, et dix-sept prostituées ont été entendues dans cette affaire. Les perquisitions dans le camp Rupet avait été marquée par la découverte de 20 000 euros en liquide.

Samedi: Vers 3 heures du matin, une étudiante de 23 ans a été victime d’une agression allée Jean-Jaurès. En effet, son agresseur, ivre et d’origine roumaine a tenté de l’étrangler. Il a été placé en cellule de dégrisement.

Dimanche : Vers 1 heure du matin, après un accrochage avec trois individus, un étudiant a été blessé de trois coups de couteau par ces derniers, par vengeance. Sa compagne a été frappée au visage et son sac a été dérobé. Deux des trois agresseurs ont été arrêtés et placés en garde à vue au commissariat central.

Lundi : Après avoir été placé en garde à vue  dans l’affaire de complicité dont aurait bénéficié Mohamed Merah et laissé libre, Chad, 21 ans, a du s’expliquer concernant la cocaïne et le cannabis découverts chez lui. Le jeune homme devra purger une peine d’un an de prison.

Mardi : Le stand de bijoux de l’hypermarché Casino de Basso Cambo a été l’objet d’un braquage mardi matin. Le voleur a réussi à prendre la fuite sur une moto avec de nombreux bijoux après avoir tiré un coup de feu. L’enquête a été confiée  au groupe de répression du banditisme du Service Régional de Police Judiciaire de Toulouse.

Mercredi : en début d’après-midi, un motard a trouvé la mort à Fenouillet. En effet, ce père de huit enfants a heurté une voiture avant d’être projeté sur un camion qui arrivait en sens inverse. Les secours sont intervenus rapidement. Cependant, l’homme, un habitant de Merville, est décédé sur place.

 

Article de Nadia Hamdani

Sources : La Dépêche du Midi, Direct Matin

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici