Accueil Dossiers Brèves Rio loco : 3 concerts au programme de ce dimanche

Rio loco : 3 concerts au programme de ce dimanche

Rio loco 2010Après les concerts de Jimmy Cliff, d’Eddie Palmieri, de Kassav’ ou encore de Tego Calderon ces derniers jours, le festival Rio Loco termine en beauté avec la reine adulée de la cumbia Totó la Momposina.

 

Ce soir, le Rio Loco vous propose à 18h30 le gwoka revisité Sonny Troupé-Nouvo Lokans, à 20h l’institution carnavalesque et militante Akiyo et à 22h la reine adulée de la cumbia Totó la Momposina.

Focus sur Totó la Momposina

C’est à cette grande dame de la musique colombienne que revient l’honneur de clôturer cette première édition du festival Rio Loco dédiée à l’espace Caraïbes, et de construire ce pont vers la côte et le continent Caraïbes. Totó La Momposina est aussi vénérée en Colombie que la cumbia qu’elle sert depuis sa plus tendre enfance. Issue d’une famille de musiciens, Sonia Bazanta Vides (de son vrai nom) a toujours voyagé de village en village pour apprendre les rythmes, les danses et l’art des « cantadoras » (chanteuses traditionnelles des villages, dont elle porte encore la tenue sur scène).
Comme ses ancêtres indiens, elle vient du village de Talaigua (situé sur l’île de Mompos, qui lui a donné son nom), sur le fleuve de Magdalena. Sa carrière professionnelle démarre en 1968, avec son premier groupe. Chanteuse et danseuse, elle acquiert très vite une popularité incroyable en Amérique Latine et en Europe.

En 1982, Gabriel Garcia Marquez lui demande de chanter lors de la cérémonie de remise de son prix Nobel à Stockholm. Sa musique est à l’image de son héritage : « En Colombie, les Espagnols sont arrivés sur des bateaux, les mêmes bateaux qui ont convoyé les esclaves, qui ont apporté des instruments », raconte-t-elle. Le répertoire qu’elle défend et chante en espagnol, est donc une heureuse synthèse entre la cumbia, le bullerenge, la chalupa, le garabato et le mapale issus de la côte caraïbe, mais également des tambours africains, du son cubain ainsi que de la guaracha, de la rumba et du bolero-son.
Absente des studios pendant dix ans, Totó La Momposina est revenue en beauté avec l’album La Bodega, sacré « Meilleur album Tropical » aux Latin Grammy Awards en 2010. Tout aussi respectée par la nouvelle génération de musiciens colombiens, elle a enregistré la chanson « Latinoamérica » avec le groupe de hip hop Calle 13 (invité de l’édition 2011 de Rio Loco), primée par 2 Latin Grammy Awards en 2011 ! Sur scène, elle tient à ce que ses 11 musiciens utilisent des instruments traditionnels : tambours, gaitas (flûtes), cuivres (trompette et bombardino), tiple (guitare à 12 cordes), basse et percussions.
Un final au sommet de la cumbia colombiana, en compagnie de l’unique Totó La Momposina !

 

Guillaume Truilhé avec communiqué

La rédactionhttps://www.toulouseinfos.fr
Pierre-Jean Gonzalez, rédacteur en chef de toulouseinfos.fr a collaboré avec de nombreux médias avant de prendre la direction du site toulousain, qui existe depuis 10 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici