Accueil Dossiers Brèves Christine de Veyrac : « L’Etat n'’assure pas sa mission première de sécurité à Toulouse »

Christine de Veyrac : « L’Etat n’’assure pas sa mission première de sécurité à Toulouse »

La députée européenne et candidate aux élections municipales de Toulouse Christine de Veyrac dénonce l’effet d’annonce du gouvernement sur les zones de sécurité prioritaires.La députée européenne et candidate aux élections municipales de Toulouse Christine de Veyrac dénonce l’effet d’annonce du gouvernement sur les zones de sécurité prioritaires. Pour cette dernière, qui en profite pour égratigner la municipalité de Pierre Cohen, « les moyens promis ne sont pas visibles et les  résultats annoncés sont loin d’être probants ». Elle s’explique dans un communiqué.

 

« Il y a quelques jours, à l’occasion d’un déplacement à Lyon, le Ministre de l’intérieur assurait que la création des zones de sécurité prioritaires produisait déjà des effets. Malheureusement, il ne suffit pas de se réjouir pour convaincre. En effet, la création des Zones de sécurité prioritaires reste un simple effet d’annonce. Les moyens promis ne sont pas visibles et les  résultats annoncés sont loin d’être probants. D’ailleurs, on voudrait nous faire croire  que les effets sont déjà là, alors  que les effectifs promis sont encore à l’école de police…

Reste une certitude : les statistiques de la délinquance pour l’année écoulée démontrent que la courbe des chiffres de la délinquance et plus particulièrement les faits de violence sont clairement orientés à la hausse en Haute Garonne et à Toulouse.  En janvier dernier, Michel Valet, Procureur de la République de Toulouse, reconnaissait que « nous vivons dans une société plus violente [et que] le nombre de comparutions immédiates, le mode de traitement des affaires les plus graves, a augmenté de 15% en 2012 » et Henri Michel Comet, le Préfet de région, soulignait lui-même que « les atteintes volontaires à la personne ont augmenté de 10,63% dans notre département en 2012, une hausse bien plus importante que le +1,64% enregistré l’an dernier. »

L’Etat n’’assure pas sa mission première de sécurité  à Toulouse. Quant à la municipalité : à moins d’un an de la fin de son mandat,  le bilan du Maire actuel en matière de sécurité ne satisfait aucun des toulousains :

– police municipale réduite et désarmée

– suppression des rondes de nuit,

– quelle efficacité des « chuteurs » et de l’Office de la tranquillité ?

– installation de …. 4 caméras supplémentaires de vidéoprotection  pour atteindre une vingtaine d’unités. A titre de comparaison : 261 à Lyon , 141 à Montpellier …

La volonté politique n’est pas un vain mot et les toulousains attendent des solutions. Et la solution pour faire reculer les faits de délinquance dans notre ville ne peut passer  que par une  réévaluation des missions de notre police municipale (présence permanente, port d’arme, formation, spécialisation et motivation des groupes …) , par une revalorisation de ses effectifs ,et par une meilleure synergie avec la police nationale.

A défaut, il est évident que notre ville restera, pour longtemps encore, le siège d’une insécurité grandissante. »

 

Communiqué de presse

La rédactionhttps://www.toulouseinfos.fr
Pierre-Jean Gonzalez, rédacteur en chef de toulouseinfos.fr a collaboré avec de nombreux médias avant de prendre la direction du site toulousain, qui existe depuis 10 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici