Accueil Articles Une Avec ses ESPE, Peillon veut « former les enseignants du XXIème siècle »

Avec ses ESPE, Peillon veut « former les enseignants du XXIème siècle »

Vincent Peillon était en visite ce lundi dans la ville rose pour rencontrer les étudiants de l'académie admissibles aux concours enseignants du second degré.Vincent Peillon était en visite ce lundi dans la ville rose pour rencontrer les étudiants de l’académie admissibles aux concours enseignants du second degré. L’occasion pour le ministre de l’Education nationale de présenter les ESPE (écoles supérieures du professorat et de l’éducation) et de répondre aux interrogations des futurs professeurs.

 

C’est dans un amphithéâtre surchargé de l’université des sciences sociales de Toulouse que le ministre de l’Education nationale a fait sa rentrée ce lundi. Face à la première promotion de « ses » écoles supérieures du professorat et de l’éducation, Vincent Peillon s’est tout d’abord défendu de « faire du neuf avec du vieux ». « Ces écoles, qui ouvrent à la rentrée, ne sont ni les écoles normales d’autrefois, ni les IUFM revisitées. Ce sont des écoles nouvelles qui ont pour objectif de former les enseignants du XXIème siècle ». A raison d’un tiers-temps payé mi-temps et du reste en formation dans les ESPE, les futurs professeurs vont « renouer avec la formation initiale des enseignants » mise à mal par Nicolas Sarkozy.

Le ministre, qui souhaite « mettre l’accent sur les matières à enseigner, mais également sur la transmission du savoir » veut également que « les professeurs du primaire et du secondaire et les autres personnels se forment sur les même bancs ». L’occasion pour ces futurs enseignants ou personnels de l’éducation nationale de « se parler et de se créer une culture commune ». Les tris, la sectorisation, voila la hantise de Vincent Peillon. En effet, le ministre ne veut pas « les meilleurs élèves d’un côté et les mauvais de l’autre, ne veut pas une école de la compétition mais de la coopération, de la confiance, de l’estime du respect ». Reste que ces écoles ont été mises en place « dans l’urgence » et que des difficultés pourraient être rencontrées cette année. « Vous essuyez les plâtres » a expliqué le ministre aux étudiants, « ce ne sera pas parfait mais aidez-nous à les améliorer » termine-t-il.

 

Article de Guillaume Truilhé

La rédactionhttps://www.toulouseinfos.fr
Pierre-Jean Gonzalez, rédacteur en chef de toulouseinfos.fr a collaboré avec de nombreux médias avant de prendre la direction du site toulousain, qui existe depuis 10 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici