Accueil Articles Une Françoise Dedieu-Casties : « Nous sommes au cœur de débats d’une rare importance »

Françoise Dedieu-Casties : « Nous sommes au cœur de débats d’une rare importance »

Autour de Guillaume Cros, président du groupe EELV de la région (centre), les élus Verts dressent un bilan de trois ans après le début de leur mandat. Photo /CTIEn cette semaine du développement durable, les élus régionaux Europe Ecologie les Verts (EELV) délivrent la conclusion de leur tournée des départements. Trois ans après le début de leur mandat, ils dressent un bilan globalement positif, notamment sur la transition écologique. Cependant, ils affirment que du travail reste encore à faire sur certains points.

 

« Nous sommes au cœur de débats d’une rare importance dont la transition énergétique, la biodiversité ou encore le schéma régional d’aménagement du territoire », explique Françoise Dedieu-Casties, vice-présidente du groupe EELV à la région. Pour Guillaume Cros, président du groupe, « si on arrive à influencer les politiques, c’est parce qu’on sait poser des rapports de force. Pour ça, nous devons être crédibles, présents dans les instances et loyaux ». Des qualités qu’ils jugent à l’origine des avancées qu’ils ont engendrées.

Soutien aux énergies renouvelables, rénovation énergétique des lycées, optimisation des fonds européens pour le Région, création de fonds pour les coopératives et les jeunes agriculteurs, plan d’actions Handicap ou mise en place d’une charte de la concertation citoyenne. Les mesures dont le groupe se réjouit sont majoritaires.

En revanche, les 16 élus (renforcés par l’arrivée jeudi dernier d’Isabelle Meiffren suite au départ de Nicole Belloubet), n’oublient pas de mettre en avant les aspects sur lesquels ils sont restés bloqués. « Par exemple, nous n’avons pas pu mettre sur le tapis la question de l’innovation sociale », précise Marie-Christine Pons, présidente de la commission économie Sociale et Solidaire. Françoise Dedieu-Casties ajoute que « tout ce qui touche au télétravail est tabou pour le moment. Mais on ne désespère pas d’avancer ». Dans la partie négative du tableau, on retrouve également les projets de structuration de la filière BIO, d’agriculture locale sans pesticides et sans OGM, la création d’une agence de la mobilité ou encore les Etats Généraux des emplois verts.

Quant à la politique nationale, Guillaume Cros exprime ses réticences. « La réforme territoriale qui est en cours ne va pas dans le bon sens. Par exemple, la transition énergétique se fera au niveau des communes, ce n’est pas du tout cohérent ».

 

Article de Joséphine Durand

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici