Accueil Articles Une Toulouse : Un conseil municipal sous le signe de l’émotion

Toulouse : Un conseil municipal sous le signe de l’émotion

Conseil municipal de Toulouse« Nous devons nous rassembler face à ces actes barbares autour des valeurs de la République : liberté, égalité, fraternité ». Un an après les meurtres perpétrés par Mohamed Merah, Pierre Cohen ne pouvait qu’entamer le Conseil Municipal de vendredi par un hommage aux victimes et à leurs familles.

 

« Communier ensemble, ne pas oublier ». « Toutes nos condoléances aux familles des victimes ». « Saluer la mémoire des victimes et la dignité de leurs familles ». « Je renonce à parler de certains sujets, je préfère que nous restions à ce niveau de l’émotion ». « Une pensée extrêmement forte vis-à-vis des victimes, de leurs familles ». Après une interruption d’un quart d’heure suite à l’irruption des manifestants de la DAL scandant « un toit, c’est un droit », la séance peut reprendre, ainsi que les messages de soutien des élus toulousains.

Pierre Lacaze, chef du groupe communiste, n’oublie pas de rendre hommage à Hugo Chavez ainsi qu’à Stéphane Hessel. Monsieur le Maire de « saluer la mémoire de deux élus de la Ville, ainsi que le départ de Nicole Belloubet ». Avant de passer à l’ordre du jour.

Pour ce conseil municipal du 15 mars, 96 délibérations sont votées, dont les taux d’imposition, qui « n’augmentent pas pour la quatrième année consécutive », se félicite Pierre Cohen. Dans le lot des délibérations, certaines font fortement débat. Comme l’attribution d’un marché public sur le chantier de la future ligne de tramway Garonne à une entreprise espagnole. Jean-Luc Moudenc a notamment demandé à Pierre Cohen s’il avait « pour ambition de devenir le hussard du made in ailleurs ? ».

Plus inattendu, la délibération visant à renommer le pont Bayard, menant à la gare Matabiau, « Pont du 19 mars 1962 » (date des accords d’Evian, marquant la fin de la Guerre d’Algérie) n’a pas fait l’unanimité. Bien au contraire. Chantal Dounot-Sobraques, du groupe Toulouse Métropole d’Europe, a en effet fait savoir son désaccord, estimant qu’il y a eu « beaucoup de morts après le 19 mars ».

Un troisième point a déclenché de vives discussions : le projet du lieu de mémoire de l’Aéropostale à Montaudran. La délibération 86 mentionnait l’adhésion de Toulouse au réseau international des villes étapes de la ligne de l’Aéropostale. Pierre Cohen et Jean-Luc Moudenc ont alors longuement échangé sur le non-avancement du projet de Montaudran.

 

« Nous devons mettre au rang de citoyen tous ceux qui construisent la cité »

Ce vendredi, le conseil municipal de Toulouse s’est également prononcé pour le droit de vote et d’éligibilité des étrangers aux élections locales. « Nous devons jouer notre rôle localement pour mettre au rang de citoyen tous ceux qui construisent la cité. Aujourd’hui la majorité nécessaire est possible si nous nous mobilisons tous » a expliqué Pierre Cohen qui a défendu ce vœu au nom de la majorité du Conseil municipal. « Nous appelons les parlementaires à se positionner en faveur de cette mesure, afin de réunir la majorité des 3/5e nécessaires à la révision de la Constitution. Les résidents étrangers participent à la vie locale, pas seulement par leur contribution aux impôts mais aussi par leur travail, par leur implication dans la vie associative. Ils doivent pouvoir s’exprimer par le biais du vote »

« C’était un engagement de François Hollande. Le vote du congrès constituerait un fait historique. Il signifierait l’acceptation d’une nouvelle conception de la citoyenneté qui ne soit plus basé sur la seule nationalité » a conclu Pierre Cohen.

 

Article de Joséphine Durand

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici