Accueil Articles Une Hausse de la TVA : 2000 emplois menacés en Haute-Garonne

Hausse de la TVA : 2000 emplois menacés en Haute-Garonne

Bar le FloridaRemis mardi, un rapport du député Thomas Thevenoud secoue le monde de la restauration. Il demande pour le secteur une hausse de la TVA, actuellement bloquée à 7%. Hier, l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie (UMIH) et ses partenaires syndicaux ont tiré la sonnette d’alarme dans de nombreuses villes en France. Selon les professionnels, l’élu socialiste présente des chiffres et des bilans mensongers. Ils avertissent également sur le raz-de-marée que provoquerait une telle hausse, en matière de chômage, de salaires et de pouvoir d’achat.

 

C’est une bien mauvaise tambouille qui se répand dans le monde hôtelier. En cause, la hausse de la TVA préconisée par Thomas Thevenoud, modeste député de Saône-et-Loire et jusqu’alors inconnu du public. « On ne se fait pas un nom en voulant tuer une profession » fulminent les restaurateurs du collectif toulousain. Pour justifier l’augmentation de la taxe, le rapport du socialiste explique que le secteur n’a créé que cinq mille emplois par an entre 2009 et 2011. Autre constat, que les prix n’ont pas suffisamment baissé. Des chiffres que Guy Pressenda, président de l’UMIH, démonte point par point. « On nous parle de 5000 emplois par année alors que 53 000 ont été créés en trois ans. M.Thevenoud, qui ne connait rien au monde de l’hôtellerie et de l’entreprise, a sciemment utilisé des chiffres datant de 2009. Je dis que son rapport est profondément malhonnête ». Selon lui, l’augmentation de la TVA aurait pour le secteur des conséquences dramatiques. « Chaque entreprise en France pourrait supprimer un poste, ce qui représente au total près de cent mille emplois. Si la TVA passe de 7 à 12,13 ou 14%, il va vraiment il y avoir de la casse. Quant aux 19,6%, ce serait carrément la mise à mort de la profession ».

 

2000 emplois menacés en Haute-Garonne

Dans la Ville rose, on sent également venir la carotte, sur lit de salades. Car le bilan comptable réel du département contredirait celui dressé par le député Thevenoud. Selon l’UMIH, trois mille emplois auraient été créés depuis 2009 et 20% des entreprises sauvées. Mais aujourd’hui, une hausse de la TVA poignarderait près de neuf mille entreprises en Midi-Pyrénées, ce qui toucherait environ deux mille postes en Haute-Garonne. Pour Guy Pressenda, les restaurateurs toulousains ont en outre un problème de recrutement, dans une branche d’activité qui pourtant ne cesse de contracter. « Soi-disant, le secteur n’aurait pas créé assez d’emplois, c’est faux. La grande majorité des restaurateurs locaux ont réalisé des embauches depuis trois ans. A Toulouse, je ne connais pas un établissement qui ne cherche pas du personnel. Mais la vérité, c’est que celui-ci est de plus en plus difficile à trouver. Certains ont même dû aller débaucher chez les concurrents ». Or, un relèvement du taux de TVA forcerait au contraire les établissements à dégraisser. « Pour La Tantina de Burgos par exemple, je sais que cette hausse entrainerait la séparation de 8% des salariés, un décollage des prix et une baisse des investissements d’environ cent mille euros » confie Guy Pressenda. Visiblement, les dénonciateurs du rapport Thevenoud refusent de payer cette addition là.

 

Christophe Guerra

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici