Accueil Articles Une Interdiction des enseignes lumineuses la nuit, les magasins toulousains s’organisent

Interdiction des enseignes lumineuses la nuit, les magasins toulousains s’organisent

La nuit, rue Alsace Lorraine, certaines enseignes laissent la lumière en vitrine.Depuis le 1er juillet dernier un arrêt d’envergure nationale interdit l’allumage des enseignes lumineuses la nuit de 1h à 6h. Concernant les commerçants, bureaux, ainsi que les hôpitaux, le décret a pour but de réduire la consommation d’énergie en France. Zoom sur la situation Toulousaine.

 

Un décret national a interdit, au début du mois de juillet, l’éclairage des façades, des vitrines commerciales et des intérieurs de bâtiments visibles de l’extérieur la nuit de 1h à 6h du matin. Cet arrêt concerne tous les bâtiments non résidentiels dont les commerces, les bureaux ou encore les hôpitaux. Pour Alexandre Marciel, élu à la mairie de Toulouse, « ce décret a été mis en place afin de réaliser des économies d’énergie ». Cela « fait partie d’un ensemble de mesures annoncées en décembre dernier par l’ex-ministre de l’Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet » ajoute t-il. Ceci devrait permettre après sa mise en place, une économie d’électricité équivalente à la « consommation annuelle de 260 000 ménages ».

Avant le passage du décret, plusieurs commerçants s’inquiétaient des conséquences que la solution adoptée pouvait avoir sur leur commerce. « C’est surtout en hiver et en période de Noël que cela se fera le plus ressentir » témoignait la directrice du magasin Phildar. Pour d’autre le manque d’éclairage était aussi une raison de s’inquiéter de « la sécurité dans les rues sombres la nuit » du centre ville.

 

« Ça n’a aucun impact »

Pourtant, un mois après l’acceptation de la mesure, beaucoup de commerçants l’avouent, rare sont les magasins qui laissent leurs vitrines allumées la nuit. La raison est simple, « à la limite à Paris je peux comprendre que ça puisse les affecter par ce que ça bouge, il y a beaucoup de circulation, même la nuit. Ici à Toulouse, la nuit, il n’y a personne. » affirme un vendeur de chez Armand Thierry. Une mesure donc qui « ne change rien » à la visibilité des marques et n’a « aucun impacts » sur le commerce de la ville.

Enfin, à l’annonce de l’arrêté « tout les magasins qui restaient allumés ont plus ou moins anticipés pour qu’il n’y ait pas d’incidences. ». Ainsi pour beaucoup le décret reste utile, puisqu’il « nous permet de faire des économies à nous et à la ville ».

Marie Leconte

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici