Accueil Articles Une Cryo-Control, une entreprise toulousaine au cœur des jeux olympiques de Londres

Cryo-Control, une entreprise toulousaine au cœur des jeux olympiques de Londres

Durant les Jeux Olympiques de Londres, Cryo-Control pose ses bassins de récupération par le froid dans le village olympique.Durant les Jeux Olympiques de Londres, « Cryo-Control » pose ses bassins de récupération par le froid dans le village olympique. Une occasion de découvrir cette technologie innovante ainsi que celle encore à l’étude de la thermogenèse.

 

Installée à Baziege, la technologie développée par la société « Cryo-Control » vient du constat de son président, Bertrand Avignon, ancien rugbyman. « En 2007 j’ai assisté à des matchs de la Coupe du Monde de rugby et j’ai réalisé que comme les amateurs, les professionnels plongeaient leurs jambes dans des poubelles d’eau glacé pour récupérer physiquement après l’effort. Un procédé pas vraiment pratique. De là j’ai fait de nombreuses recherches et le prototype d’une sorte de jacuzzi basse température m’est venu à l’idée » explique t-il.

Fin 2008 un système portatif pour refroidir l’eau est ainsi créé par la société de (seulement) 3 salariés. Mais alors qu’il est au stade du prototype, l’Olympique de Marseille, la fédération française des Jeux Olympiques de Pékin ou encore l’équipe de France de football de l’Euro 2012 se portent déjà acquéreurs… En 2010, ce n’est rien de moins que l’appel d’offre lancé par les Jeux Olympiques de Londres pour la création d’un centre de récupération à l’intérieur de la Polyclinique des J.O que la société remporte. Plébiscité par le monde du sport dans son ensemble, Bertrand Avignon explique la raison de ce succès. « Traiter des douleurs physiques par le froid est une solution connue depuis longtemps. Cependant utiliser des glaçons pour refroidir l’eau est un procédé très coûteux du fait de toute la logistique autour comme les camions qui les acheminent, les réfrigérateurs qui les stockent, etc. De plus avec les glaçons la température de l’eau n’est pas constante. Dans nos bassins elle est entre 10 et 15°C et ne varie pas ».

 

Une nouvelle piste, la thermogenèse

Enfin, bien que la vitrine des J.O soit une grande opportunité pour la société, son président souligne des difficultés encore grandes à trouver des investisseurs. « Je n’ai sûrement pas les bon contacts… » confie t-il.

Mais quoi qu’il en soit, la petite entreprise de Baziège est déjà sur une nouvelle piste, la thermogenèse. Un procédé encore à l’étude mais qui, à l’heure des crèmes amaigrissantes et autres produits minceurs, pourrait prendre de l’ampleur… « La thermogenèse désigne l’énergie dépensée par le corps pour rester à 37°C. De ce fait notre réflexion est simple, plus le corps va se refroidir, plus celui-ci puisera dans son énergie pour maintenir cette température. Au bout d’un moment, cette énergie c’est dans les graisses sédimentaires qu’il les trouve, menant à terme à une perte de poids. A raison d’un bain (immersion partielle) de 20 minutes à 12°C tous les jours, l’ensemble des participantes de notre étude ont perdu un kilo en une semaine ». Noircir au soleil ou maigrir dans un bassin d’eau froide, le choix se posera peut-être un jour…

 

Céline Roudière

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici