Accueil Articles Une Prostitution : les habitants du boulevard de Suisse se révoltent et demandent l'ouverture de maisons closes

Prostitution : les habitants du boulevard de Suisse se révoltent et demandent l’ouverture de maisons closes

Les riverains du Boulevard des Suisses ont manifestés ce mercredi contre les nuisances que cause la prostitution dans leur quartier Les riverains du Boulevard des Suisses ont manifestés ce mercredi contre les nuisances que cause la prostitution dans leur quartier pourtant qualifié de « familial ». Blocus routier et banderoles en signe de mécontentement, ces riverains ont donné de la voix pour essayer de se faire entendre.

 

« Préservatifs usagés, déjections, nuisances sonores… Voilà ce à quoi nous sommes confrontés presque quotidiennement » se révolte Sylvie*, l’une des habitantes du quartier. Après de multiple pétitions, lettres au Maire, rendez-vous à la Mairie et autres, les riverains sont à bout. « Nous ne nous sentons pas écoutés ni soutenu » avoue Roger*, manifestant révolté. « Après avoir écrit au Maire pour lui exposer la situation invivable à laquelle nous sommes confrontée, nous avons reçu une réponse nous disant que la prostitution n’étant pas interdite, et donc qu’il ne peut rien faire à son niveau » continu-t-il.

Jeunes parents, familles et retraités sont concernés par ce problème de prostitution. « C’est inadmissible que ma fille marche sur un préservatif usagé en allant à l’école, ou encore qu’elle assiste à ces scènes de racolage en sortant dans la rue » explique Catherine, maman d’une petite fille de six ans.

Mais les habitants du quartier, avertis de ce premier rassemblement par un prospectus, s’entendent à dire que « ce n’est pas une manifestions contre ces filles qui se prostituent, mais bien contre un principe de constitution ». Décrites comme très jeunes, menacées et souvent en détresse, ces prostituées ouvrent le débat sur la mise en place de maisons closes. « Cela règlerai le problème de précarité chez ces filles qui sont exploités, c’est de l’esclavage » avoue Catherine. Cela pose aussi un problème d’insécurité pour certains, surtout chez les retraités. Cette première manifestation aura eu le mérite d’ouvrir un débat public sur la question de la prostitution et de ces conséquences.

 

Anaïs Alric

 

*Prénoms de substitution

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici