Accueil Articles Une Orange : les salariés toulousains se réunissent pour sauver leurs emplois

Orange : les salariés toulousains se réunissent pour sauver leurs emplois

Orange : les salariés toulousains se réunissent pour sauver leurs emploisÀ l’occasion du Comité territorial pour l’emploi du groupe, les salariés d’Orange se sont rassemblés devant les locaux de Soupetard ce mercredi 9 juillet en début d’après-midi. Les syndicats Sud, CGT et CFDT demandent l’arrêt de la « stratégie de casse des emplois ».

 

« C’est l’avenir de nous tous qui est menacé », a déclaré Didier de Souza, secrétaire départemental CGT Telecom, à l’ensemble des salariés présents mercredi. Leur principale inquiétude concerne la  « stratégie de casse des emplois » qui « revient à supprimer plus de 25% de ces derniers en Midi-Pyrénées, et plus de 15% rien qu’en Haute-Garonne », indique Patrick Loubet, délégué syndical Sud PTT 31. En effet, la société de télécommunications a prévu 400 embauches sur trois ans (2014-2016) pour plus de 1500 départs à la retraite. Ainsi, selon eux, « Orange ne remplace pas 3 départs sur 4. »

Parmi les préoccupations des salariés, la sous-traitance, les temps partiels Sénior et les contrats professionnels sont en bonne place. « La pression est aussi endurée par les sous-traitants, dont les conventions collectives sont beaucoup moins protectrices que chez nous », expliquent-ils. Concernant les temps partiels Sénior, « ces collègues sont  présents 50% de leur temps. Comme la charge de travail ne diminue pas, ce sont les autres qui en pâtissent ». Didier De Souza pour la CGT, considère que « les 240 personnes actuellement en contrat professionnel, apprentissage… font un vrai travail et devraient être embauchés ». Il y aurait moins de 40 embauches prévues cette année concernant ces individus.

 

Une inquiétude grandissante

La crise sociale subie par l’entreprise entre 2007 et 2010 est toujours dans les esprits. « Il faut agir avant qu’il y ait de nouveau un problème majeur », ajoute Patrick Loubet, en référence aux vagues de suicides survenues à l’époque. Le non-remplacement des départs conduit à « un réel manque d’effectif dans les services. » On demande aux salariés d’être polyvalents, et « malgré l’entraide interne, n’importe qui peut arriver à une surcharge physique et mentale », précisent les syndicats. Finalement d’après eux, « Orange revient à son ancienne politique, tout en se cachant derrière le fait qu’elle respecte le contrat social de 2010 ».

Pierre Clément, directeur d’Orange Sud (Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon), avait déclaré en octobre 2013 que la société avait embauché « 800 personnes et garde chaque année un tiers des 220 alternants et contrats pro. » Il expliquait alors la perte d’effectifs par « la baisse intrinsèque de l’activité dans un marché devenu mature ». Les syndicats et salariés attendent un retour de la direction suite au Comité territorial pour l’emploi qui s’est tenu dans l’après midi de mercredi.

 

Article de Myriam Balavoine

La rédactionhttps://www.toulouseinfos.fr
Pierre-Jean Gonzalez, rédacteur en chef de toulouseinfos.fr a collaboré avec de nombreux médias avant de prendre la direction du site toulousain, qui existe depuis 10 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici