Accueil Articles Une Conseil municipal : la piscine d’Ancely et Toulouse Plages au cœur des débats

Conseil municipal : la piscine d’Ancely et Toulouse Plages au cœur des débats

Conseil municipal de ToulouseCe vendredi, les élus du Conseil municipal se sont retrouvés pour voter les 91 délibérations à l’ordre du jour. L’occasion de nouvelles passes d’armes entre majorité et opposition sur l’organisation de « Toulouse Plage » et la réouverture de la piscine d’Ancely. La municipalité a également annoncé vouloir se faire indemniser par l’Etat pour les perturbations causées par les intermittents lors du festival Rio Loco.

 

« Il y aura deux conseils en un », a expliqué Jean-Luc Moudenc au début du Conseil municipal de vendredi dernier. En effet, outre les 91 délibérations à l’ordre du jour, les élus ont voté pour les 521 grands électeurs qui représenteront la mairie de Toulouse lors des élections sénatoriales du 28 septembre prochain. Résultat : la liste de la majorité a obtenu 399 sièges (trois perdus suite à l’absence d’un Conseiller municipal), les socialistes et radicaux 76, Toulouse solidaire et les verts 23.

Ces formalités remplies, le « second conseil » a pu débuter et c’est le cas de la piscine d’Ancely,  qui devait fermer cet été à cause de problèmes d’hygiène et qui ouvrira finalement le 5 juillet prochain, qui a donné le top départ des débats entre majorité et opposition. Pierre Lacaze, président du groupe communiste, a pointé du doigt le « rétropédalage » de Jean-Luc Moudenc qui n’a pas protesté et a reconnu que « les choses n’étaient pas bien engagées dès le début » et qu’il en assumait « la totale responsabilité ». « Si on avait dû fermer la piscine Ancely, nous aurions mis en place un service de transport pour permettre aux habitants du quartier de se déplacer vers une autre piscine », a-t-il rétorqué.

Autre sujet sensible, le raccourcissement d’une semaine de  l’opération « Toulouse Plages » qui va se dérouler du 12 juillet au 24 août. « Cette coupe va permettre une économie de 100 000€ », explique Laurence Arribagé, 2ème adjointe au maire. Un argument que rejette Pierre Cohen qui rappelle que « la culture est un domaine essentiel et prioritaire car c’est un moyen de lien social et d’échange important pour l’image de notre ville et permet son rayonnement ». « En période de crise, ce secteur mérite une vision de fond », a soutenu le chef de l’opposition pour qui « la culture n’est pas une variable d’ajustement ».

 

Une indemnisation pour les perturbations de Rio Loco

Jean-Luc Moudenc a annoncé que la ville de Toulouse va réclamer une indemnisation à l’Etat après la perturbation des intermittents du spectacle lors du Festival Rio Loco. En effet, il estime que les forces de l’ordre n’ont pas joué leur rôle en n’intervenant pas lors de l’occupation illégale du site. Bien qu’il reconnaisse que cet évènement « a été sans doute un des seuls festivals en France à être maintenu », il ne digère pas la gratuité imposée par les intermittents sur les recettes de la billetterie ainsi que l’annulation de la première soirée. Le manque à gagner serait de « plusieurs milliers d’euros ».

 

Article de Charles Monnet

La rédactionhttps://www.toulouseinfos.fr
Pierre-Jean Gonzalez, rédacteur en chef de toulouseinfos.fr a collaboré avec de nombreux médias avant de prendre la direction du site toulousain, qui existe depuis 10 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici