Accueil Articles Une Municipales. Jean-Luc Moudenc : « Je suis prêt à être le capitaine du bateau Toulouse »

Municipales. Jean-Luc Moudenc : « Je suis prêt à être le capitaine du bateau Toulouse »

Jean-Luc Moudenc à la tribune salle Mermoz pour son dernier meeting avant le premier tour des élections municipalesÀ 5 jours du premier tour des élections municipales, le candidat de la droite et du centre, Jean-Luc Moudenc, était en meeting ce mardi salle Mermoz. Alors que deux récents sondages le laisse derrière le maire sortant, le challenger a encouragé les militants présents à ne pas se décourager et à profiter des derniers jours pour « tenter de convaincre les sceptiques ».

 

Il y avait un air de déjà vu ce mardi soir salle Mermoz. En effet, un peu plus de deux mois après y avoir lancé officiellement sa campagne, Jean-Luc Moudenc était de retour à l’entame de la dernière ligne droite. Bandas pour chauffer la salle, discours de colistiers en lever de rideau, et après 1h15 d’attente, l’arrivé du challenger de Pierre Cohen. Souriant, Jean-Luc Moudenc traverse la foule avant de se rendre sur scène pour près d’une heure de discours. « Depuis le 16 janvier, nous avons multiplié les rencontres avec les Toulousains, nous avons répondu aux critiques, nous avons convaincu », résume le candidat qui a opté pour une intervention de rassemblement plutôt que d’information. Malgré un bref rappel de ses propositions phares, l’ancien maire de Toulouse a souhaité insuffler de l’énergie à ses militants en leur conseillant notamment de « ne pas se fier au scepticisme des observateurs, ni aux sondages ». Malgré un retard plus ou moins important dans les enquêtes d’opinions (Défaite 53%-47% pour la premiere et 51%-49% pour la seconde), « rien n’est joué, tout reste à faire, tout reste possible », lance le candidat qui explique que ces sondages « ne prennent pas en compte l’abstention ».

 

Le changement, mais le vrai !

Après avoir dénoncé « l’arrogance » de ses adversaires, Jean-Luc Moudenc met en avant son « état d’esprit de challenge, pas de domination ». « Je ne promets pas le changement socialiste de la présidentielle qui annonce des réformes et qui n’accouche de rien », lance le candidat avant de défendre son programme. Accusé par son adversaire, mais également par certains observateurs d’être irréaliste, le candidat le qualifie de « sincère, réaliste, cohérent, réfléchi et parfaitement finançable ». Oubliant qu’il est « une synthèse » des projets de l’UMP et de ses partenaires, le député de Haute-Garonne le décrit comme « le résultat de 6 ans de travail avec les Toulousains et non une concession entre partis politiques ». Une attaque en règle du maire sortant qui manque d’idées selon son prédécesseur. « J’ai proposé l’extension des horaires du métro à 3H, il a fait de même, j’ai proposé de construire un auditorium un lundi, proposition reprise dès le mercredi, j’ai proposé de rendre hommage à Claude Nougaro le 14 juillet, quelques heures plus tard, la mairie l’officialisait », énumère le candidat.

 

Un programme ambitieux

Fier de son projet, Jean-Luc Moudenc se dit « prêt à être le capitaine du bateau Toulouse ». Evoquant tour à tour « le Jardin des plantes du 21ème siècle » qu’il veut installer sur l’ile du Ramier, sa « 3ème ligne de métro » et sa « 2ème rocade », le challenger met en avant « son ambition pour Toulouse ». « Aujourd’hui, les caisses sont vides, la dette a augmenté et les investissements sont en baisse », relève l’ancien maire qui promet de rétablir la situation « sans augmenter les impôts ».

Fier de son programme, fier de son équipe et fier de sa campagne, Jean-Luc Moudenc termine le meeting en encourageant les militants présents à « profiter des derniers jours pour tenter de convaincre les sceptiques ». « Avec vous, tout est possible », conclut le candidat. Un slogan qui en rappelle un autre…

 

Guillaume Truilhé

La rédactionhttps://www.toulouseinfos.fr
Pierre-Jean Gonzalez, rédacteur en chef de toulouseinfos.fr a collaboré avec de nombreux médias avant de prendre la direction du site toulousain, qui existe depuis 10 ans.

1 COMMENTAIRE

  1. “Je suis prêt à être le capitaine du bateau Toulouse”…voilà une déclaration de JL Moudenc que je trouve bien hasardeuse.

    Et si ce bateau était le Titanic? Alors le capitaine nous aura coûté une vraie fortune, pour finir par sombrer avec lui, corps et biens.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Toulouse Infos