Accueil Articles Une Toulouse : Hollande solde des terrains de l’Etat en faveur du logement

Toulouse : Hollande solde des terrains de l’Etat en faveur du logement

Le Président de la République est venu ce jeudi 9 janvier à Toulouse pour signer le protocole de cession à Toulouse Métropole du site Guillaumet.En visite à Toulouse sur le thème de la simplification, le chef de l’État en a profité pour se rendre à l’Institut Supérieur de l’Aéronautique et de l’Espace afin de finaliser la vente de terrains militaires à prix préférentiels à la communauté urbaine. Premier accord de cette importance conclu depuis l’adoption de la loi Duflot, il devrait permettre à la métropole de créer 700 logements pour toutes les catégories sociales ainsi que des équipements et des commerces de proximité.

 

« Le logement ne peut être qu’une œuvre collective » débute Cécile Duflot qui accompagnait François Hollande lors de son déplacement dans la ville rose. À l’origine de la loi du 18 janvier 2013 relative à la mobilisation du foncier public en faveur du logement et au renforcement des obligations de production de logement social, la ministre du Logement a annoncé que des négociations étaient engagées sur 250 sites en France. Le principe ? L’État baisse le prix de vente de son foncier si les collectivités s’engagent à construire du logement social sur les terrains en question. Une décote du prix de vente qui a permis à Toulouse Métropole de se porter acquéreur du site Guillaumet. D’une superficie de 16,6 hectares, ce dernier regroupe le terrain du CEAT à Jolimont et les terrains occupés par l’Institut Supérieur de l’Aéronautique et de l’Espace. 700 logements pour toutes les catégories sociales ainsi que des équipements et des commerces de proximité devraient y voir le jour.

 

« Cette opération est emblématique pour l’avenir de Toulouse »

Situé à proximité du centre-ville de Toulouse et à 1 km de la gare Matabiau, « ce nouveau projet urbain est emblématique pour l’avenir de Toulouse et de la métropole. Il s’intègre dans un projet d’envergure métropolitaine, Toulouse Euro-Sud-ouest, destiné à préparer l’arrivée de la LGV à Toulouse à l’horizon 2024 », explique Pierre Cohen au président de la République. Cédé par l’État pour 6,32 millions d’euros, après l’application d’une décote de 9,92 millions d’euros, le terrain du CEAT est « une pépite en terme de projet urbain » affirme le maire socialiste qui se félicite de « la politique ambitieuse que nous menons en faveur de l’habitat ». Coté aménagements, « les bâtiments industriels désaffectés seront démolis et les terrains dépollués afin de réaliser près de 700 logements ainsi que des équipements et des commerces de proximité. Les équipements sportifs, terrains de sport et gymnase seront conservés ». À noter que le site de l’ISAE dont le départ est prévu fin 2015, sera cédée à Toulouse Métropole dans un second temps.

 

« Notre ambition doit être de construire plus et plus vite »

À Toulouse pour présenter des mesures de son « choc de simplification », François Hollande a annoncé vouloir construire « plus et plus vite ». « Pour réaliser une opération simple, plus de 6 ans se passent entre le moment où l’on repère un terrain et celui où on livre des logements. Et quand on y regarde de plus près, sur cette durée totale, seuls 18 à 24 mois sont consacrés à la construction elle-même. Tout le reste correspond donc au déroulement des procédures, multiples, diverses et successives », regrette le chef de l’Etat qui a fait voter le 1er juillet 2013 une loi d’habilitation 6 ordonnances ont déjà été prises, ainsi que les décrets nécessaires à leur mise en œuvre. L’objectif est de « regrouper les procédures et les accélérer », « réduire les délais contentieux », mais également d’aller plus loin en « réduisant les délais de délivrance des permis de construire et en simplifiant les normes de construction ». Des objectifs que « nous devrons traduire juridiquement avant l’été prochain », termine François Hollande qui ambitionne de « réduire le coût moyen d’un logement collectif de 10 % ».

 

Hollande attendu de pied ferme

« Enlevez-nous ces voyous » chantaient une grosse poignée de manifestants venus attendre le chef de l’Etat non loin de l’Ecole Nationale Supérieure d’Ingénieur de Construction Aéronautique. « Nous voulons envoyer un message au Président de la République pour qu’il entende les difficultés des entreprises et des salariés », explique Laurent Vidalenc, délégué syndical Astrium. « Nous sommes dans une phase de suppression de 5 800 postes et plus de 1100 sur la France. Il faut stopper ça immédiatement », s’insurge Francis Redor CGT EADS Astrium. Présents également, les salariés de Sanofi qui sont eux aussi touchés par un plan social depuis plus d’un an. « On est dans une entreprise qui fait 8 milliards de bénéfices donc quand François Hollande dit qu’il faut inverser la courbe du chômage, il faut peut-être commencer par regarder les emplois des entreprises qui font des bénéfices, avant de licencier », lance Catherine, Représentant Syndicat Sanofi Recherche. Au côté de ces entreprises, des militants de l’Union français des retraités (UFRT) étaient présents pour demander une « augmentation du pouvoir d’achat des retraités ».

Guillaume Truilhé

Pour voir des photos de la visite de François Hollande ainsi que des manifestations, cliquez ICI

La rédactionhttps://www.toulouseinfos.fr
Pierre-Jean Gonzalez, rédacteur en chef de toulouseinfos.fr a collaboré avec de nombreux médias avant de prendre la direction du site toulousain, qui existe depuis 10 ans.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici