Accueil Articles Sport Le TFC encore en panne de réalisme à Bastia

Le TFC encore en panne de réalisme à Bastia

Ben Yeddern'a pas su faire la différence face à Landreau. Photo / CTIComme contre Bordeaux, le TFC, en supériorité numérique pendant plus d’une mi-temps, n’a pas su s’imposer face à un adversaire réduit à 10. Un problème de réalisme chronique qui risque de coûter cher à des violets qui réalisent une mauvaise opération (2-1) alors que la première victoire de la saison leur tendait les bras après l’expulsion de Palmiéri.

 

Alors que l’exclusion de Palmiéri planait encore dans l’esprit des bastiais, Khazri, loin d’être abattu, gagnait son duel made in Tunisie face à Abdenour. Le bastiais lui chipait le ballon et servait Keseru qui rentrait sur son pied gauche pour ajuster Ahamada.  Un but à 3 minutes de la pause qui laissait  pantois le banc toulousain. Après l’ambiance feutré de Monaco pour cause de huis clos, le TFC devait faire face à la furia corse et à son public, véritable onzième homme. A la reprise, soucieux de revenir le plus rapidement au score, Casanova lance Ben Yedder à la place de Ninkov pour épauler le Danois Braithwaite sur le front de l’attaque. Ben Yedder qui dès son premier ballon aurait pu tromper Landreau, mais le meilleur réalisateur du TFC la saison dernière  dévisse sa volée du pied gauche, tout un symbole. Heureusement, comme souvent, Aurier sort un gros match sur son côté droit, et sur un nouveau déboulé, il délivre une passe décisive pour Braithwaite. Le TFC pousse  mais se fera finalement crucifier sur une tête de Romaric oublié aux 6 mètres. Bastia à 10, signe sa deuxième victoire à domicile.

 

Nos meilleures recrues

Toulouse et Bastia, 2 équipes aux effectifs chamboulés à l’intersaison connaissent des fortunes diverses. Bastia, qui devait recomposer son attaque avec les départs de Thauvin, de Modeste et de Rothen trouve en Keseru un héritier inattendu. L’ancien angevin, un but et une passe décisive, a fait la différence face à Toulouse. Le TFC, démuni au milieu, tente de retrouver son assise et son agressivité avec Chantôme et Aguilar. L’international colombien (40 sélections), qui jouait son premier match de ligue 1, n’a pas démérité dans son poste de sentinelle devant la défense mais il manque encore de rythme. Devant, Braithwaite s’est montré intéressant par ses appels en profondeur.  Comme Keseru et Romaric, il ouvre son compteur avec son nouveau club, insuffisant cependant  pour faire la différence en corse.

 

Article de Pierre-Jean Gonzalez

La rédactionhttps://www.toulouseinfos.fr
Pierre-Jean Gonzalez, rédacteur en chef de toulouseinfos.fr a collaboré avec de nombreux médias avant de prendre la direction du site toulousain, qui existe depuis 10 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici