Accueil Articles Société Simulation ONU : « pour réfléchir à des conditions concrètes sur l'autonomie des femmes »

Simulation ONU : « pour réfléchir à des conditions concrètes sur l’autonomie des femmes »

150 lycéens jouent l'ONU150 lycéens se sont réunis la semaine passée pour créer, le temps d’une journée, une Assemblée Générale des Nations Unis sur le thème de la place des femmes dans la vie publique et leur autonomisation. Discours, délibérations, négociations ont été les maîtres mots de cette pièce de théâtre grandeur nature, dont les réflexions mériteraient l’attention des plus grands.

 

Une atmosphère solennelle se dégage de l’hémicycle. « La règle du silence interdit d’applaudir à la fin de chaque discours » précise la présidente de l’Assemblée Générale. Pour l’occasion, costumes, tailleurs et chemises blanches sont de rigueur. Tour à tour chaque élève, représentant un État membre, prend la parole pour s’exprimer sur la participation des femmes à la vie publique et politique et sur leur autonomisation.

« C’est ensemble et unis que nous ferons bouger les choses » s’exclame la délégation de l’Espagne. « En Afrique du Sud, une femme a plus de chance de se faire violer que d’apprendre à lire » s’exprime une autre lycéenne, points fermés sur le pupitre. C’est donc à 100 pour 100 que les jeunes se sont investis afin de rendre réele cette Assemblée Générale de l’ONU improvisée dans l’amphithéâtre de l’Hôtel de Région. Une initiative portée par l’Ecole des Droits de l’Homme. C’est une manière « de développer la prise de conscience des jeunes et leur mobilisation en tant qu’acteur de la promotion des droits de l’Homme » explique Marie-José directrice de l’établissement. « Ils jouent vraiment le jeu, regardez, il ne parle pas. Ils sont particulièrement mobilisés cette année » se réjouit t-elle. Seul support de communication entre les différentes délégations ? Un bout de papier blanc permettant de lancer les négociations afin d’aboutir à un accord entre les États. « L’idée était de faire en sorte que tout se passe sans prendre la parole directement » précise Marie-José. C’est ensuite une commission de la condition de la femme qui est simulé dans l’après midi « pour réfléchir à des conditions concrètes sur l’autonomie des femmes ».

 

Des lycéens français et tunisiens, acteurs convaincus et convaincants

Suspension de séance ! Place à un déjeuner qui prend des airs de grande réception. Quant aux élèves, ils sont enthousiastes. « C’était vraiment sympa. Ça permet d’avoir une vision globale que l’on n’a pas aux infos » confie Benjamin, élève au Lycée St Saint-Exupéry. « J’ai stressé du début à la fin » avoue Alexandre qui a trouvé « marrant de se mettre à la place des diplomates ». Pour Quentin, le plus difficile a été « d’être à l’écoute de tous les discours ». Une mise en scène montée en coordination avec la délégation Tunisienne du Club Unesco, qui s’est déplacée avec 9 lycéens pour l’occasion. « C’est un honneur de participer à cet événement. C’est vraiment génial d’avoir discuté et échangé nos expériences » déclare Kaoudher Khalfaoui qui a « envie de revenir la prochaine fois ». Amalkneni, elle, met en avant « le sujet très intéressant » de l’autonomisation de la femme. « Ça permet de la valoriser » confesse t-elle. Pour Latini Fadhila, directrice du club Unesco en Tunisie, « c’est un premier pas pour préparer l’avenir de la Tunisie. On va reprendre les meilleures propositions pour les proposer chez nous ensuite » déclare t-elle.

Du haut de la salle, un jury, judicieusement sélectionné, écoute attentivement chaque proposition pour désigner la délégation la plus pertinente. « C’est magnifique » s’exclame Catherine Vidal-Rajchenbach, délégué régionale du Défenseur des Droits, « c’est un travail d’excellence de la part des lycéens. » Sophie Collard, chargée de mission à l’association Artémisia, s’étonne même « du réalisme de l’état des lieux de la situation de la femme dans chaque pays » ainsi que « de la pertinence des propositions faites. » Les plus expérimentés n’ont qu’à bien se tenir !

 

Article de Marine Astor

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici