Accueil Articles Société Les Caraïbes s'invitent dans les cantines toulousaines

Les Caraïbes s’invitent dans les cantines toulousaines

Les Caraïbes s'invitent dans les cantines toulousainesPetit à petit, les pièces du puzzle Rio Loco s’emboîtent. Ce lundi, deux chefs antillais ont préparé et fait déguster aux employés de la cuisine centrale le menu qui sera dans les assiettes des écoliers toulousains les 29 mai et 13 juin prochain. Une cuisine spéciale adaptée au thème de cette année : les Caraïbes.

 

L’ambiance était exotique lundi matin dans la cuisine centrale de la ville de Toulouse. Mathias Lucrèce et Natacha Augustin, les deux chefs antillais ont mis la main à la pâte dès 9h du matin pour dévoiler les secrets de leurs recettes aux employés. Dans le tumulte assourdissant des machines, une odeur de soleil et d’épices a envahi la grande cuisine. Au menu, salade haïtienne, poulet haïtien et blanc-manger (entremet à la noix de coco et à la canelle) pour Natacha et œuf mimosa au crabe, colombo de thon suivi d’un yaourt avec de la vraie vanille pour Mathias. De quoi exciter les papilles des petits toulousains !

Peu accommodés à l’environnement, les deux chefs ont dû composer avec les ustensiles gigantesques de la cuisine centrale. « Ça fait bizarre de travailler dans un grand centre comme celui-là » confie Natacha, habituée à la trentaine de couverts que peut accueillir son restaurant. Tout comme Mathias, qui malgré avoir brièvement mis les pieds dans le monde de la cuisine collective, reste perplexe devant la taille des lieux. « D’habitude, je travaille dans les quelques mètres carrés de la cuisine de mon restaurant. Pour le coup, je suis obligé de tout multiplier par 25 ». Après la popote, on passe à la dégustation, pendant laquelle une centaine d’employés, accompagnés par les organisateurs du festival Rio Loco ont pu tester les deux plats principaux.

 

Une cuisine épicée, mais adaptée aux enfants

Malgré la réputation de la cuisine abondamment épicée des Antilles, les deux chefs n’ont pas eu à faire de concession sur l’assaisonnement, « nous avons carte blanche » explique Mathias. Seul détail pointé du doigt par la diététicienne, l’équilibre des repas. Par exemple, « on a supprimé le riz dans la recette du colombo, avec les pommes de terre, deux féculents c’était trop ». Une cuisine que vont découvrir les 29 000 écoliers toulousains des classes maternelles et élémentaires, les mercredi 29 mai et le jeudi 13 juin.

 

Article de Rémi Beaufils

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici