Accueil Articles Société Idée qui tue : Cyril Hijar veut « développer l’entraide entre les Toulousains »

Idée qui tue : Cyril Hijar veut « développer l’entraide entre les Toulousains »

Idée qui tue : Nicolas Bordas (à gauche) remet le prix à Cyril Hijar. Photo / Crédit Chen YimuVendredi dernier, le concours « Et si l’idée qui tue, c’était la votre ? », organisé par quatre étudiantes en Master 2 Administration et Gestion de la Communication à l’université Toulouse Capitole, a pris fin lors d’une conférence de Nicolas Bordas. Ce dernier a remis le prix de l’idée qui tue à Cyril Hijar qui souhaite « développer l’entraide entre Toulousains ? »

 

« Le gagnant a été choisi à l’unanimité par Nicolas Bordas, le public et la Mairie de Toulouse qui lui a décerné son prix coup de cœur ». Maurane Boulanger, l’une des étudiantes à l’initiative du concours, se réjouit de cette victoire et l’explique. « Dans cette période de crise, les gens sont plus sensibles à la solidarité. Ce projet est en phase avec la situation actuelle mais aussi facile à mettre en place, réalisable ».

Un projet « réalisable ». C’était l’objectif premier de Cyril Hijar, 29 ans, ancien international de rugby en Espagne, aujourd’hui directeur adjoint d’une agence de communication et fondateur de chèque-immo.com, une start-up 100% toulousaine de bons de réduction dans l’immobilier. « L’idée, c’est la création d’une plateforme de « crowdhelping », d’entraide par la foule sur internet, explique le vainqueur du concours. J’ai besoin d’aide sur un projet, qu’il soit culturel, sportif, humanitaire ou plus personnel. Et peut-être qu’au bout de ma rue quelqu’un peut m’aider ! »

Dans la lignée des labels communautaires comme My Major Company ou des sites de financement collaboratif comme Kickstarter, « c’est un projet par les Toulousains et pour les Toulousains. Et, surtout, basé sur le volontariat », insiste Cyril Hijar.

Et maintenant ? « Je suis vraiment très content d’avoir gagné ce concours, affirme l’ancien rugbyman. Cependant, je n’ai pas l’ambition de porter ce projet moi-même. Une collectivité comme la Mairie de Toulouse pourrait prendre le leadership sur cette idée citoyenne… ». Quant aux organisatrices du concours : « s’il pouvait continuer l’an prochain, nous serions ravies de passer le flambeau… ».

 

Article de Joséphine Durand

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici