Accueil Articles Société Affaire Merah : « l’ennemi commun est l’ignorance »

Affaire Merah : « l’ennemi commun est l’ignorance »

Extrait du manifeste Citoyens pour le dialogueMercredi dernier, le Groupe « Citoyens pour le Dialogue » a présenté son manifeste au Roof, 1er étage du Florida. L’occasion pour ce collectif de réaffirmer son attachement aux valeurs républicaines un an après les tueries de Toulouse et Montauban.

 

« Aller vers l’autre » explique Yvette Benayoun-Nakache concernant l’action de « Citoyens pour le Dialogue ». « Nous voulons toucher les jeunes générations ». Et pour cause, le collectif crée après les évènements de Toulouse et Montauban, compte se rendre à Bagatelle ou encore au Mirail pour ouvrir le dialogue. Car, « l’ennemi commun est l’ignorance » confie Adbellatif Mellouki, vice-président d’une maison de quartier. « Notre volonté est ferme ». Si le discours semble idéaliste, Salomon Attia nuance, « notre mission n’est pas de révolutionner le monde ». En effet, quand Mohamed Merah assassine de sang froid 7 personnes, les Toulousains qui font désormais partie du Collectif «  Citoyens pour le Dialogue » veulent montrer coûte que coûte leur attachement aux valeurs qui font la France. C’est pourquoi, ce « groupe réunit des personnes de toute confession », ne cessent de marteler ces membres dont Bernard Srebnik.

Le manifeste du groupe « Citoyens pour le Dialogue » se veut un texte qui définit la ligne de conduite du collectif. Volonté de lutter contre la haine, l’exclusion, la violence et établir un mieux « Vivre-ensemble ». Et surtout éviter les « préjugés, générateurs de dangereux amalgames ». Ainsi, « il faut combattre le communautarisme » déclare  Erick Lebahr, avocat dont l’enfant est scolarisé à l’école Ozar Hatorah et qui, courant 2010, a eu comme client Mohamed Merah. « Il faut éviter les poncifs ignobles et haineux et ne surtout pas justifier l’injustifiable ». L’avocat préconise alors «  de ne pas tomber dans une complaisance qui se veut islamophobe ». Cependant, et les différents membres du collectif l’ont souligné à maintes reprises, « la base reste l’éducation.»  Erick Lebahr conclut, en citant Albert Camus : «  Mal nommé les choses, c’est participer au désordre des choses ».

 

Article de Nadia Hamdani

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici