Accueil Articles Société La Cartoucherie : un éco-quartier à 100 millions d’euros

La Cartoucherie : un éco-quartier à 100 millions d’euros

L’éco-quartier de la Cartoucherie devrait voir le jour en 2015. Photo / Crédit Marguerit AsylumRetardé d’un trimestre pour cause de dépollution du site, les travaux de la première tranche de l’éco-quartier de la Cartoucherie devraient débuter fin 2013. Les premiers habitants sont attendus un an plus tard.

 

C’est accompagné de Régis Godec, adjoint en charge des éco-quartiers que le maire de Toulouse Pierre Cohen a présenté vendredi dernier le projet de réhabilitation de la Cartoucherie. Situé entre l’avenue de Grande-Bretagne et le Zénith, ce nouvel éco-quartier, qui s’étendra sur 33 hectares, accueillera 3100 logements, 6000 m² de commerces de proximités et 90 000m² d’activités (crèches, écoles, complexes sportifs, entreprises). « Nous avons pour but à long terme de promouvoir la diversité et de créer un petit village à l’intérieur de Toulouse » explique Pierre Cohen qui a lancé en 2009 une concertation entre les professionnels, les riverains et les élus. « Ce projet a pour but de concilier densité et développement durable » explique Régis Gogec qui met en avant la « construction de logements aux normes écologiques européennes et le parti pris de privilégier les déplacements ‘verts’ plutôt que l’usage de la voiture ». Les travaux devraient débuter fin 2013 pour un montant de 100 millions d’euros.

 

Qui va payer la dépollution ?

Les travaux de réhabilitation commencés en novembre 2012 sur l’avenue de Grande-Bretagne et sur la voie du TOEC ont permis d’enlever 48 123 munitions (obus entre 20 et 30 millimètres de diamètre datant des années 50) dont 6 boulets de l’époque Napoléonienne sur une superficie d’environ 11 000 m2. Une dépollution qui continue jusqu’à fin mars sous le parking qui longe la voie du TOEC. « La négociation est toujours en cours avec Giat et l’Etat pour une indemnisation. Nous avons payé trop cher un terrain qui devait être dépollué » a déclaré le maire de Toulouse qui a « déposé deux recours devant le juge administratif et civil ».

 

Olivier Goarin

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici