Accueil Articles Société Valentin Neraudeau : « Je suis fier de mon parcours à Top chef »

Valentin Neraudeau : « Je suis fier de mon parcours à Top chef »

A 28 ans, Valentin Neraudeau, jeune chef du restaurant toulousain le Carré Rouge participe ce soir l’émission Top chef sur M6.A 28 ans, Valentin Neraudeau, jeune chef du restaurant toulousain le Carré Rouge participe ce soir l’émission Top chef sur M6. Entretien avec le candidat de la ville rose, une immersion dans les  coulisses de la cuisine-réalité.

 

Toulouse infos : Comment vous êtes-vous retrouvé dans cette aventure ?

Valentin Neraudeau : C’est M6 qui m’a choisi. Je ne me suis pas inscrit à ce concours donc c’est assez flatteur. Sur 5000 candidats professionnels inscrits, ils en ont pris 14 et 2 en supplément cette année, le second des frères Pourcel à Montpellier et moi. Après j’ai passé deux tests culinaires dans le nord de Paris qui ont été concluant.

TI : Qu’avez vous appris lors de ce marathon culinaire ?

VN : Ce sont toujours des épreuves complètement folles, des techniques inhabituelles. Ce que l’on fait lors de l’émission ce sont des choses que l’on ne fait jamais dans les restaurants. Par exemple on peut nous demander de faire un menu avec des épluchures de légumes ou avec des restes de poule au pot ! Au quotidien, ça m’a apporté d’aller à l’essentiel.  Pour top chef il faut aller droit au but. Quand on dresse un plat on va au goût, on va au produit et on enlève les fioritures.

TI : L’ambiance était elle bonne entre les candidats ?

VN : L’ambiance était très bonne. Au départ on connaissait à peine les prénoms des uns et des autres et puis au bout d’une semaine on était tous très proche. C’est à la fois une compétition individuelle et collective. On s’est serré les coudes car les épreuves sont tellement difficiles que l’on souffre ensemble.

TI : Qu’attendez vous de l’émission ?

VN : Ce que j’attends, c’est avoir plus de notoriété au niveau local. On en a déjà mais c’est toujours bien de toucher une nouvelle clientèle. Je veux faire découvrir ma cuisine, j’essaye de faire le meilleur rapport qualité prix en utilisant des produits nobles. On se sert à Victor Hugo et aux Carmes, on s’adapte en fonction des arrivages et on fabrique tout de A à Z.

TI : Jusqu’où êtes-vous allé dans la compétition ?

VN : On est tenu au secret sur ce genre d’informations. Je n’ai pas le droit de communiquer ni sur le contenu ni sur les participants qui sont arrivés en finale. Je peux parler de la constitution du jury avec Guilaine Arabian, Christian Constant, Cyril Lignac, Thierry Marx et Jean François Piège. Enfin, ce que je peux vous dire, c’est que je suis fier de mon parcours…

 

Pierre Jean Gonzalez

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici