Accueil Articles Société Education: le ministre Peillon bouderait-il l'Académie de Toulouse ?

Education: le ministre Peillon bouderait-il l’Académie de Toulouse ?

écoleLa FCPE 31 a publié avant-hier un communiqué titré « Pourquoi pas nous ? ». Le collectif s’étonne qu’aucun des quatre-vingt dix postes de professeurs remplaçants débloqués en urgence par le Ministre de l’Education n’ait été affecté à l’académie toulousaine. La frustration est grande et l’incompréhension règne.

 

« Nous regrettons ce choix qui reste inexpliqué. Dans un contexte comme celui de la Haute-Garonne, nous souhaiterions qu’au moins soient débloqués des moyens supplémentaires. Aujourd’hui, la situation des collèges et des lycées locaux est très dégradée » déplore perplexe Hélène Rouch, présidente de l’association FCPE 31. « Nous sommes bien moins lotis que les autres académies, puisque celle-ci ont reçu deux fois plus de personnel en renfort. Pour le primaire, cinquante postes de professeurs remplaçants avaient été accordés à la région Midi-Pyrénées. Seulement deux d’entre eux ont rejoint notre département ». Bien éloigné de la réalité des besoins, selon la responsable. « Pour la FCPE 31, l’idéal serait d’arriver à vingt-cinq élèves par classe de collège ou primaire, ce qui signifierait un millier de postes en plus. Mais même à respecter les seuils minimums, en primaire, nous aurions besoin de plusieurs dizaines de professeurs supplémentaires. Nous en sommes très loin ».

 

La rentrée du bricolage

« On demande déjà à des professeurs de physique d’assurer des cours de maths » s’inquiète Christophe Manibal, secrétaire du syndicat Snes-Fsu en Midi-Pyrénées. « Depuis la rentrée, nous en sommes à plus de quatre cent embauches de contractuels. C’est à dire des personnes engagées en CDD qui doivent prouver auprès de l’inspection qu’ils ont les titres nécessaires pour enseigner. Nous préfèrerions évidemment accueillir des titulaires recrutés par concours » poursuit l’anxieux. Face à la rigidité des dotations, des solutions doivent tant bien que mal être trouvées. « Au niveau des professeurs en collège, mettre l’accent sur le travail en équipe pourrait pallier aux absences de courtes et moyennes durées » avance Hélène Rouch.

 

Christophe Guerra

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici