Accueil Articles Société Le GPS délocalisé à la Halte-Santé ?

Le GPS délocalisé à la Halte-Santé ?

Le Groupement pour la Défense du Travail Social manifeste devant la préfectureA l’issue de la concertation du mercredi 6 juillet 2011, le préfet Régnier a proposé au Groupement pour la Défense du Travail Social (GPS) les locaux de la Halte-Santé et la création de 4 emplois aidés, plus un poste de travailleur social à temps plein. Réponse du GPS mardi 12 juillet.

 

Le GPS a réquisitionné dans l’urgence le 26 avril 2011 une partie des locaux de l’AFPA situés rue Goudouli à Toulouse. Depuis cette date, bénévoles et travailleurs sociaux s’occupent 24h sur 24 de 15 personnes en grande précarité. Une situation que la préfecture de la Haute-Garonne ne valide pas, ayant demandé l’expulsion des occupants. A l’issue de la table ronde organisée pour sortir de cette crise, la mairie de Toulouse s’est engagée à fournir les anciens locaux de la Halte-Santé du quartier Matabiau. Cet établissement médicalisé a une capacité d’accueil de 11 lits, et fonctionnait comme un lieu d’hébergement provisoire des personnes en très grande précarité. Le préfet Régnier a également débloqué 4 emplois aidés, ainsi qu’un travailleur social à temps plein pour s’occuper des 15 personnes de la rue Goudouli. Le GPS serait sommé de quitter définitivement le bâtiment de l’AFPA fin août, début septembre.

 

Une position du GPS mitigée

Face à ces propositions Pierre Cabanes, membre du GPS, souligne le point positif de la création d’un poste de travailleur social, mais reste plus mitigé quant au lieu proposé. Le bâtiment, destiné à la rénovation, n’offre pas les conditions optimales pour s’occuper de la totalité des 15 personnes très vulnérables, ne serait-ce que par son exigüité. Mais comme il le souligne, « la préfecture a été claire, ils veulent une sortie de crise », ajoutant que « le seul moyen de pression du GPS est l’occupation des locaux de la rue Goudouli ».

Le GPS, ses partenaires associatifs et les 15 personnes concernées doivent se concerter avant le mardi 12 juillet pour donner une réponse à la Préfecture. Il en va de l’avenir d’une population extrêmement fragile, qui ne peut se satisfaire de solutions provisoires.

Didier Marinesque

La rédactionhttps://www.toulouseinfos.fr
Pierre-Jean Gonzalez, rédacteur en chef de toulouseinfos.fr a collaboré avec de nombreux médias avant de prendre la direction du site toulousain, qui existe depuis 10 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici