Accueil Articles Société La grève des transports en communs toulousains devrait reprendre à la rentrée

La grève des transports en communs toulousains devrait reprendre à la rentrée

Le dépôt Tisséo de la route d'Espagne est resté bloqué 5 jours la semaine dernière.

En refusant de maintenir la clause de sauvegarde des salaires, la direction de Tisséo a engendré une grève des traminots pendant 5 jours la semaine dernière. Le trafic des trams et bus a seulement repris leur cours normal samedi. Mais, l’Intersyndicale va reprendre la grève dès la rentrée du 23 avril du fait qu’aucune entente n’a été trouvée sur leurs revendications.

 

Après 5 jours de grève, les traminots ont décidé d’arrêter samedi leur blocage des dépôts de bus et de tram afin d’entamer des négociations avec Tisséo sur le maintien de la clause de sauvegarde. Cette mesure établie depuis 2008 permet aux salariés la réévaluation de leur salaire par rapport au taux d’inflation afin de maintenir leur pouvoir d’achat. L’Intersyndicale a choisi de faire preuve de « maturité et d’intelligence » en suspendant le mouvement de grève, et a proposé une trêve syndicale de 15 jours pour que la direction de Tisséo accepte une vrai négociation sur leurs revendications.

Les organisations syndicales ont donc été reçues mardi 10 avril par la direction de Tisséo, et cette dernière s’est engagée à ce que chaque début d’année un complément de revalorisation doit accordé au-delà des 2% actuellement garantis, mais plafonné à un certain budget. A l’issue de cet entretien, les syndicats ont estimé cette proposition « insuffisante ». « On demande juste que les salaires soient maintenus sur l’inflation, et Tisséo ne nous donne aucune garantie de cela », explique Franck Delpérier, membre du syndicat Sud. C’est pourquoi il y a un fort risque d’une reprise de la grève le 23 avril, « qui durera au moins une semaine ».

Un blocage occasionnel du métro peut être aussi à prévoir, ainsi que des bureaux de la régie. Cette trêve de la grève pour Pâques aura donc été « inutile » pour les salariés qui attendent tout de même un geste de la direction d’ici le 23 avril.

 

Charles Monnet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici