Accueil Articles Société L'Oustal, la nouvelle maison du mouvement de la jeunesse identitaire fait du bruit

L’Oustal, la nouvelle maison du mouvement de la jeunesse identitaire fait du bruit

Français et occitan, les deux piliers du mouvement de la jeunesse identitaire. Depuis le 11 février et l’inauguration des nouveaux locaux du mouvement de la jeunesse identitaire, la polémique va bon train. L’UAT (l’Union Antifasciste de Toulouse) a déjà dénoncé publiquement son ouverture. L’Oustal, qui signifie « maison » en Occitan, n’est pas accueillit à bras ouverts par tout le monde.


Le mouvement de la jeunesse identitaire est une branche du Bloc Identitaire. Il a été réactivé à Toulouse en 2009 sous la houlette de Matthieu Clique, le dirigeant du mouvement toulousain. Leur nouveau local, l’Oustal, situé au 36 allée de Barcelone a été établi le 11 février dernier. L’UAT voit cet enracinement d’un mauvais œil. Julien, militant de l’Union, ne mâche pas ses mots. « Nous luttons contre tout ce qui représente l’extrême droite. La question du mouvement de la jeunesse identitaire et de la mise en place de l’Oustal nous inquiète ». Il n’est pas rare de croiser à Toulouse une affiche ou des autocollants du mouvement, mais pour Julien, ils vont aussi plus loin. « La violence est aussi un de leur moyen de communication, chose qui va de paire en général avec les groupes d’extrême droite ». Matthieu Clique dément toute violence et ajoute que « cette maison est un foyer identitaire, pas une permanence du Bloc. Nous y faisons des conférences, des rassemblements, des soirées débats. Nous invitons d’ailleurs l’UAT à venir débattre avec nous, plutôt que de nous lyncher publiquement ».

 

L’Oustal, nouveau promoteur de la culture occitane

Le mouvement de la jeunesse identitaire se veut actif dans la promotion et le développement de la culture occitane. « Nous défendons une triple identité », explique Matthieu Clique, « l’identité régionale, nationale et européenne ». Pour l’UAT, « le mouvement veut ratisser large. Ils récupèrent une culture qui n’est pas la leur, ce n’est que du vent. C’est juste un moyen de manipulation ». Propos qui gène Matthieu Clique, « nous proposons des activités concrètes pour le développement de la culture. Par exemple, un de nos membres donne des cours d’Occitan. Nous organisons aussi des conférences et des soirées débats sur ce thème et comptons bien participer à la manifestation du 31 mars ».

Les autres associations qui tentent de développer la culture occitane, telle que l’Ostal Occitania voit l’arrivée de l’Oustal d’un mauvais œil. Ils ne souhaitent pas qu’ils fassent partie de la manifestation du 31 mars.

 

Rémi Beaufils

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici