Accueil Articles Société La Ville Rose voit gris

La Ville Rose voit gris

Le nuage de cendres n’a pas épargné Toulouse. En effet, elle aussi doit faire face à divers reports ou annulations d’événements à cause du volcan islandais. Revenons sur cette catastrophe naturelle et ses conséquences.

 

Jeudi 15 avril, le volcan islandais Eyjafjöll est entré en éruption, dégageant un important nuage de cendres. Ce fait n’a pas dû vous échapper : depuis cet événement les médias ne cessent de réagir heure par heure. Les perturbations qu’entraîne cette explosion ont un impact considérable sur le trafic aérien européen. Même ici, dans le sud-ouest français, nous sommes concernés par ces désagréments. Ainsi, Toulouse et les acteurs locaux subissent les conséquences d’une activité volcanique située à plus de 2 700 kms.

 

Mais pourquoi les avions sont-ils bloqués au sol ? Tout simplement à cause du nuage de cendres très abrasif qui contient de la roche pilée pouvant bloquer les réacteurs des appareils. C’est donc au nom du principe de précaution que les autorités européennes ont décidé de suspendre le trafic aérien.

 

Pierre Cohen, député-maire, doit se rendre demain à Düsseldorf pour deux jours dans le cadre de la coopération entre les deux villes. Même si l’aéroport de Toulouse-Blagnac est à présent rouvert, les vols à destination du Nord de l’Europe semblent compromis. Un problème donc pour Pierre Cohen, qui risque d’annuler son voyage.

 

La venue de The Prodigy est également remise en cause. Le groupe électro-rock doit effectivement venir à Toulouse pour se produire sur la scène du Zénith demain. Le tourneur toulousain Bleu Citron a affirmé que le concert était pour l’heure maintenu. Il est certain que si annulation il y avait, tous les fans de ce trio culte seraient grandement déçus.

 

L’équipe de France de Handball était arrivée en Islande juste avant l’explosion. Elle a ainsi pu disputer ses deux matchs amicaux contre la sélection locale. Seulement, les aéroports européens étant fermés, elle s’est retrouvée bloquée à Reykjavik. Un Toulousain a connu cette mésaventure, il s’agit du pivot Cédric Sorhaindo. Pour rentrer à bon port, il va devoir effectuer avec ses partenaires un périple de près de 3 000 kms. En effet, les handballeurs ont rejoints Trondheim (Norvège) où ils vont prendre un bus jusqu’à Hambourg avant de repartir pour un nouveau voyage en car qui les ramènera dans leur club respectif.

 

Anaïs Michot et Dimitri Morel.

La rédactionhttps://www.toulouseinfos.fr
Pierre-Jean Gonzalez, rédacteur en chef de toulouseinfos.fr a collaboré avec de nombreux médias avant de prendre la direction du site toulousain, qui existe depuis 10 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici