Accueil Articles Santé Toulouse. Le CHU arrête l’administration de l'hydroxychloroquine

Toulouse. Le CHU arrête l’administration de l’hydroxychloroquine

Toulouse. Le CHU arrête l’administration de l'hydroxychloroquine Photo : Toulouse Infos
Toulouse. Le CHU arrête l’administration de l’hydroxychloroquine
Photo : Toulouse Infos

Le CHU de Toulouse n’administrera plus de Plaquenil aux malades hospitalisés. Cette décision fait suite aux annonces de l’OMS suspendant temporairement les essais cliniques de l’hydroxycloroquine.

Depuis le 28 mars, le CHU de Toulouse collabore à l’étude européenne Discovery qui teste plusieurs traitements contre le Covid-19 dont l’hydroxychloroquine. Faisant suite à l’étude du Lancet et des alertes de l’OMS, l’hôpital a décidé de ne plus tester l’’hydroxycloroquine sur ses patients hospitalisés.

Le professeur Guillaume Martin-Blondel, infectiologue au CHU de Toulouse et investi dans la recherche des essais cliniques sur le Covid, explique cette décision à France 3 : “Au regard de ses effets indésirables, on est dans une situation où pour le moment, sur des patients gravement atteints et hospitalisés, le bénéfice n’est pas prouvé. Dans ce contexte, l’hydroxychloroquine ne sera plus proposée aux patients hospitalisés hors essais cliniques.”

Parmi la centaine de patients atteints du Covid-19 accueillie par le CHU de Toulouse depuis le début de la crise, une trentaine a reçu de l’hydroxychloroquine dans le cadre d’essais cliniques. Des résultats sont encore attendus, indique France 3.

Vers la fin de l’hydroxychloroquine en France

L’étude publiée le vendredi 22 mai dans la revue scientifique The Lancet met en avant le risque accru de mortalité chez les patients Covid-19 traités avec l’hydroxycloroquine. Les molécules préconisées par l’équipe de Didier Raoult sont jugées inefficaces voire néfastes. L’OMS a de ce fait annoncé lundi 25 mai mettre un terme aux essais cliniques sur l’hydroxychloroquine.

Bien qu’il en arrête l’administration, le CHU de Toulouse nuance : “Pour l’instant nous n’avons pas encore de résultats d’essais cliniques randomisés sur la chloroquine, qui sont les études les plus robustes scientifiquement, indique Guillaume Martin-Blondel à France 3. L’étude Lancet est une étude observationnelle. Mais sa méthodologie est précise et claire, suffisamment en tout cas pour ne pas prendre de risque. Il faut attendre avant d’administrer de la chloroquine aux patients atteints du Covid-19 avec des symptômes de gravité.”

Le mardi 16 mai, le Haut conseil de la Santé publique préconise de ne pas utiliser l’hydroxychloroquine dans le traitement du Covid-19 hors essais cliniques. Ce mercredi 27 mai, le gouvernement a abrogé le décret autorisant sa prescription. Autrement dit, l’hydroxychloroquine n’est désormais plus autorisée pour traiter le Covid-19 en France.

 

Lisa Hervé

La rédactionhttps://www.toulouseinfos.fr
Pierre-Jean Gonzalez, rédacteur en chef de toulouseinfos.fr a collaboré avec de nombreux médias avant de prendre la direction du site toulousain, qui existe depuis 10 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici