Accueil Articles Politique Attaquée sur son « immobilisme », la droite toulousaine contre-attaque

Attaquée sur son « immobilisme », la droite toulousaine contre-attaque

Le métro : une des fierté de l'ancien maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc.Suite à un éditorial de Pierre Cohen publié dans le dernier numéro du Journal Municipal, le groupe d’opposition «Toulouse Pour Tous » réagit. Attaquée sur son « immobilisme », la droite dresse un bilan de ses années passées à la tête de la mairie de Toulouse.

 

« Pendant trente ans, l’immobilisme a été de mise. Aucune grande opération n’a vu le jour… », c’est par ces propos que Pierre Cohen, actuel maire de Toulouse a déclenché la polémique. Le groupe d’opposition municipale « Toulouse pour Tous », présidé par l’ancien maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc, c’est indigné face à ces paroles jugées sans fondement. « On peut ne pas être d’accord avec ce qui a été fait mais dire qu’aucun projet n’a été mis en place est une aberration » confie Jean-Michel Lattes, Porte parole de l’association Toulouse Avenir. Le groupe de Jean-Luc Moudenc n’a pas souhaité faire éclater cette « affaire » pendant la campagne la campagne présidentielle, ayant jugé cela « inutile ». Cependant à l’heure des élections législative cela tourne au règlement de compte, ou plutôt au bilan.

 

A l’heure du bilan…

« Avant 1971 et l’arrivée de Pierre Baudis à la mairie, Toulouse était une ville vétuste, loin de la Ville Rose que l’on connait aujourd’hui » affirme Roger Atsarias, membre du groupe « Toulouse pour Tous ». A partir de cette période la droite s’est engagée dans de grands projets de réhabilitation pour faire de Toulouse une capitale en Europe du Sud et puisse ainsi concurrencer la ville de Barcelone. C’est alors que des travaux conséquents ont commencés : lignes de métro, voies de piste cyclables, centre-ville piéton, ravalement de façade et aménagements de nombreux espaces verts.

De plus, Toulouse a beaucoup misée sur la culture pendant l’ère Baudis,« l’aménagement des abattoirs en est la preuve ». « Toulouse voulait aussi être une des capitales européenne en matière de culture » affirme Danielle Damin, Vice-Présidente du Groupe « Toulouse pour Tous ». A l’heure actuelle, la capitale Midi-Pyrénéenne est une des plus attractives de France ce qui est sans doute dû à son climat, son style de vie, mais surtout des pôles industriels dont elle dispose.

 

Anaïs Alric

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici