Accueil Articles Politique L'UMP 31 en rangs serrés autour de Jean-Luc Moudenc

L’UMP 31 en rangs serrés autour de Jean-Luc Moudenc

Jean-Luc Moudenc lors de la présentation des candidats UMP pour les prochaines élections législatives

« Unité, parité, renouvellement et enracinement ». Voilà les vœux législatifs de Jean-luc Moudenc en 2012. Pour les premières élections avec le nouveau découpage électoral, le président de l’UMP 31 croit en la victoire. Entouré d’une équipe renouvelée, il envisage la bataille des présidentielles et des législatives.

 

Parité absolue pour les législatives à l’UMP. La nouvelle équipe de la fédération envoie au combat électoral cinq hommes et cinq femmes. « Pratiquement que des nouveaux. J’ai entièrement confiance aux talents neufs pour servir les citoyens » présente Jean-Luc Moudenc. Les candidats ont entre 41 et 64 ans. Issus de la société civile, du monde de l’entreprise ou de la fonction publique, ils s’investissent pour « changer les instances politiques » comme l’explique Nicolas Bonleux, candidat dans la 2ème circonscription.

« Après une période difficile, je vous présente une fédération de Haute-Garonne unie et travailleuse. Cette équipe est un signe de maturité encourageant contre un PS divisé. » résume Jean-Luc Moudenc. Les candidats, qui n’ont pas encore trouvé leur suppléant, partent pour reconquérir le département.

Le pouvoir d’achat, la croissance, l’inscription dans un cadre européen et mondial sont les thèmes principaux qu’ils souhaitent porter dans les mois avenirs. « Nous voulons dire aux Haut-Garonnais qu’il n’y a pas de fatalité » résume Martine Rieu-Griffe, candidate sur la 8ème circonscription.

 

Des politiques made in Toulouse

« Chez nous, pas de parachutage. Que des gens profondément attachés au département et à la vie locale, proches des électeurs » insiste Jean-Luc Moudenc. Défendre le territoire et le réindustrialiser sont leur but. Grégoire Carneiro est candidat pour la 5ème circonscription. Il veut répondre « aux questions de transport, comme la LGV mais aussi à l’amélioration du cadre de vie. »

Cette équipe locale et unie veut gagner, même si Nicolas Sarkozy n’est pas réélu président. « Ca n’aura pas de conséquences. En Haute Garonne, aujourd’hui, il n’y a pas de pluralisme. C’est ça qu’il faut changer. De toutes façons, je pense qu’il sera réélu. »

 

Pauline Amiel

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici