Accueil Articles Economie Marché de l'Immobilier en Haute-Garonne en 2009

Marché de l’Immobilier en Haute-Garonne en 2009

En ce début d’année, tour d’horizon de l’immobilier avec Maître Philippe Pailhes, notaire de la Chambre interdépartementale. Retour sur l’évolution du marché à Toulouse et en Haute-Garonne ainsi que la prochaine ouverture du salon de l’immobilier. Communiqué de presse de la chambre des notaires.

 

Une année de transition?

« Avec une dégradation très nette du nombre des transactions effectuées et un impact significatif sur les prix de l’immobilier, l’année 2009 a commencé sur l’élan de la crise économique et financière. La loi Scellier, la politique de baisse des taux d’intérêts bancaires et le retour de la notion de « valeur refuge de la pierre » ont néanmoins eu un impact non négligeable sur le marché. Force est de constater que la crise n’aura peut-être pas duré dans l’immobilier ». C’est dans ces termes que Maître Renaud Cormouls, Président de la Chambre Interdépartementale des Notaires, a introduit l’étude annuelle des notaires sur l’évolution du marché de l’immobilier.

Réalisée avec la société Perval, cette étude se fonde sur les transactions effectivement enregistrées dans les études des notaires du département depuis plus de 15 ans. « La base de données de cette année en Haute-Garonne est constituée de plus de 1 0 000 prix de vente réels (hors commissions, droits, frais divers, mobilier .. .) fournis par les notaires- précise Me Michel Fargues, Délégué de l’Institut notarial de droit immobilier – « C’est une référence particulièrement fiable dont la transparence et la rigueur ont permis d’obtenir la caution scientifique de l’INSEE. »


2009, une année difficile pour l’ensemble du secteur immobilier

L’année 2009 a été marquée par une baisse notable du volume des ventes tous secteurs confondus, allant de 13% pour le foncier à 25% dans le secteur des appartements anciens.

La loi Scellier a néanmoins eu un effet positif sur les investissements dans l’immobilier neuf. De même la politique de baisse des taux d’intérêts bancaires a permis une légère reprise générale au 2e semestre.


Appartements

Avec une baisse des prix de 7,1 % sur l’année, les appartements anciens en Haute-Garonne ont atteint lill prix moyen de 2181€ le m2. Si cette baisse est légèrement supérieure au reste de la France; qui accuse une chute de 6,3%, le département reste le moins affecté de la région Midi-Pyrénées sur le marché immobilier.

Toulouse, qui représente 78% des ventes, enregistre une baisse de 6,9%. Avec une moyenne de 2245 € le m2’la ville se place au 6e rang des grandes agglomérations. Les quartiers de l ‘hypercentre (Capitole, Saint Semin, Les Carmes, Compans-Caffarelli, Victor Hugo, … ) continuent par ailleurs de tirer leur épingle du jeu; une très légère hausse des prix est même observable pour le Capitole, Les Carmes et Compans­Caffarelli.

30% des transactions concement des 2 pièces, pour un coût moyen de 121 000 € tandis que les grands appartements (5pièces et plus) représentent à peine 1 % du marché.

Bien que les appartements neufs enregistrent une baisse de prix, celle-ci est moins marquée (-4,1 %). Les 3 pièces sont les plus vendus avec des prix oscillant entre 2503 € le m2 dans le secteur de Fronton et 32370 le m2 à Toulouse.


Maisons anciennes

Malgré une baisse des prix du m2 de 7,8%, la Haute-Garonne affiche lill prix moyen de vente de 2231000, Les maisons les plus vendues comportent 4 pièces, avec une importante disparité quant à la surface de terrain, seulement 403m2 à Toulouse pour une moyenne de 1828m2 dans le département.

Toulouse, la ville la plus chère de la région avec un prix moyen de vente effleurant les 2750000, accuse une baisse relativement faible cette année (3,8%) par rapport au reste du département. Avec une baisse des prix de 10,7%, le secteur toulousain se maintient et représente 25% des ventes, Là encore certains quartiers restent très prisés, notamment Rangueil avec lill prix moyen de 340 600 €, suivi de près par la Côte Pavée et Saint Exupéry-Lespinet.


Terrains à bâtir

Si en dehors de la Haute-Garonne le marché est assez homogène, le département maintient un prix nettement supérieur avec un montant de 94 300€, soit une baisse de 7,4% par rapport à 2008, pour une surface moyenne de 1246 m2.

Le secteur est cependant très hétérogène avec un coût moyen qui varie de 33100 € dans le secteur de Boulogne sur Gesse à 127300 € dans le secteur Toulousain, soit près de quatre fois plus,


Profil des acquéreurs

Malgré les perturbations du marché, le profil des intervenants demeure sensiblement le même avec une large majorité d’acheteurs de moins de 45 ans et une prédominance des acquéreurs déjà présents sur le département.

On note cependant un allongement des durées de détention d’en moyenne 2 ans, soit un peu plus de 9 ans pour les appartements anciens et de11 ans pour les maisons anciennes,


Perspectives 2010 : vers un regain de confiance?

Si le marché a bénéficié en 2009 des mesures mises en place par les pouvoirs publics, après un marché frémissant durant le 1 er trimestre, l’année 2010 pourrait annoncer un retour vers la normale, Une reprise des échanges et la stabilisation des prix sont à envisager.

Néanmoins le caractère saisonnier du marché souligne qu’il est encore convalescent. Le premier trimestre 2010 ne marque certes pas de baisse du volume des ventes par rapport à l’année précédente, mais il ne témoigne pas non plus d’une reprise foudroyante.

En outre, la situation sur le marché demeure très inégale selon le type de biens et leur localisation, petits appartements et centre ville sont privilégiés par les acquéreurs.

La rédactionhttps://www.toulouseinfos.fr
Pierre-Jean Gonzalez, rédacteur en chef de toulouseinfos.fr a collaboré avec de nombreux médias avant de prendre la direction du site toulousain, qui existe depuis 10 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici