Accueil Articles Economie Atchik-Services, le « gendarme » du net

Atchik-Services, le « gendarme » du net

Eric Leal, directeur d'Atchik-ServicesLa société toulousaine de modération d’outils en ligne a lancé fin 2010 son nouveau service en direction des firmes internationales. Sa cible? Les pages de communication des marques sur Facebook.


Facebook est le site internet en plein boom. Avec plus de 500 millions d’utilisateurs dont 20 millions en France, il se révèle être un outil publicitaire de premier ordre pour les plus grandes multinationales. D’autant plus quand le public visé est plutôt jeune. Le hic, c’est que ces pages de communication sont accessibles à tous et les indésirables peuvent facilement y déposer toutes sortes de commentaires néfastes à la marque.

 

Atchik-Services s’est positionnée très tôt comme « veilleuse » des forums et autres espaces ouverts de discussions sur le net, et le web 2.0 offre de nouvelles opportunités à cette entreprise toulousaine. C’est pourquoi, depuis le lundi 29 novembre, professionnels comme particuliers peuvent faire appel à l’équipe de modérateurs pour surveiller les propos tenus par les millions de fans que possèdent des marques dont ils suivent l’actualité sur Facebook. Le rôle de ces 30 professionnels est de filtrer les messages indélicats, diffamatoires et grossiers en s’appuyant non seulement sur la législation, mais aussi sur les demandes de leurs clients.

 

Eric Leal, directeur d’Atchik-Services, dévoile ses objectifs: « Nous sommes parmi les leaders en France en terme de modération de tous types de contenus sur internet. Nous travaillons notamment avec tous les sites de France Télévision et les réseaux d’Orange, ce qui porte notre volume de traitement à 40 millions d’objets par jour. ».

 

Mais quelle est la nature de cette surveillance? Au final, les marques ne payent-elles pas pour censurer des espaces de discussions libres? Eric Leal s’en défend: « C’est vrai que nous sommes à la fois les gendarmes du net, mais aussi des éducateurs. 98% de notre travail consiste à faire de la vérification et non de la censure. Il y a un côté pédagogique à rappeler que non, personne n’est anonyme sur le net, et que la liberté est limitée à certaines règles dans le virtuel comme dans le réel.»

 

Les projets de la société toulousaine sont ambitieux: devenir un leader de la modération dans le monde. Les premiers contrats avec des partenaires américains et anglais sont en vue et déjà des équipes danoises et sud américaines s’occupent d’espaces anglais et espagnols. Le patron d’Atchik-Services ne mise cependant pas sur la main-d’œuvre à bas coût « On est bien à Toulouse! Nous n’avons pas fait le choix de la délocalisation justement en gage de bonne qualité. En restant basé ici, nous sommes sûrs de la compétence de nos équipes. » Et du fait de l’immense marché qui se présente, l’entreprise se voit bien au sommet dans les années à venir.

 

Walid Hamadi

La rédactionhttps://www.toulouseinfos.fr
Pierre-Jean Gonzalez, rédacteur en chef de toulouseinfos.fr a collaboré avec de nombreux médias avant de prendre la direction du site toulousain, qui existe depuis 10 ans.

1 COMMENTAIRE

  1. Les modérateurs sont en fait des censeurs, mais il s n’osent pas se désigner ainsi.

    Ceci dit la censure est chose indispensable; on ne peut pas tout dire, mais il est regrettable que cette censure s’exerce presque uniquement contre ceux qui s’opposent à l’africanisation et à l’islamisation de la France.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici