Accueil Articles Culture Le Grenier de Toulouse rempile pour une nouvelle saison à l'Escale de Tournefeuille

Le Grenier de Toulouse rempile pour une nouvelle saison à l’Escale de Tournefeuille

grenier de toulouseLa compagnie de théâtre Grenier de Toulouse retrouve les planches de l’Escale à Tournefeuille pour une nouvelle saison. Fin juin, la programmation 2013-2014 a été dévoilé, en présence de Jean Bouilhou, ancien rugbyman du stade toulousain et parrain de la troupe cette année. 6 spectacles, nouvelles créations, ou grands classiques, et pas moins de 80 représentations auront lieu dans les mois à venir.

 

1945, c’est dans le grenier de ses parents que Maurice Sarrasin, le jour de ses 20 ans, crée avec quelques amis comédiens la compagnie du Grenier de Toulouse. « Une épopée fameuse qui a grandi jusqu’à ce qu’elle est aujourd’hui » raconte David Gaborit, chargé de la communication. Jean Bouilhou, aujourd’hui joueur de Rugby à Pau et anciennement au stade Toulousain, parrainera la compagnie cette année. « Une manière de partager des valeurs communes, de faire l’analogie entre le monde du théâtre et de ce qu’il ressent sur la pelouse et dans les coulisses » explique David. Une volonté de « sortir du microcosme du théâtre et de s’adresser à un autre public ».

Depuis l’année dernière, la troupe a pris ses marques à l’Escale de Tournefeuille. Une compagnie qui ne cesse de mûrir et de s’accroître puisque la construction d’une maison du Grenier est en cours pour que la troupe « ait un toit » et un « lieu dédié à la création » confie David Gaborit.

Petite nouveauté cette année pour les habitués : « les bords de scène public ». L’occasion d’« échanger avec les comédiens leurs impressions sur la pièce » se réjouit le chargé de communication de la troupe. Une rencontre qui aura lieu tous les 2ème jeudis de chaque période de spectacle.

 

Une programmation riche est variée, aux mille et une surprises

C’est la pièce d’Edward Albee, « Qui a peur de Virginia Woolf », véritable « plongée dans l’âme humaine » selon David Gaborit, qui ouvrira les festivités. Au programme de cette saison également, une nouvelle création, transposition de l’œuvre cinématographique de Cédric Klapish « Un air de famille ». « Un film culte, très connu, qui révèle un choix étonnant et peut être même difficile » avoue David Gaborit. Mais on retrouvera aussi de grands classiques comme « Un fil à la patte », de Georges Feydeau, qui sera joué cet été à Avignon, et cet hiver pour la dernière fois par la troupe. « Beaucoup de bruit pour rien » de Shakespeare sera également à l’affiche, alors que « L’étranger », d’Albert Camu, viendra clôturer la programmation.

 

Article de Marine Astor

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici