Accueil Articles Culture « Emotions de vie », ou comment associer l’art à la bonne cause

« Emotions de vie », ou comment associer l’art à la bonne cause

La communauté municipale de Santé accueille du 10 septembre au 5 octobre l'exposition « Emotions de vie »La communauté municipale de Santé accueille du 10 septembre au 5 octobre l’exposition « Emotions de vie », de l’artiste peintre Christelle Romulus avec la collaboration l’ARTC (Association pour la Recherche sur les Tumeurs Cérébrales). Une rencontre de cœur pour la bonne cause.

 

« J’ai souffert de la perte d’une personne qui m’était chère, ça m’a vraiment remué. Maintenant ça me tient à cœur de participer à une œuvre, j’ai envie de faire des choses utiles notamment avec cette exposition » explique Christelle Romulus. En effet, cette exposition, visible jusqu’au 5 octobre à la communauté municipale de Santé, est en partenariat avec l’ARTC (Association pour la Recherche sur les Tumeurs Cérébrales). « 40% de la vente des grandes toiles et 20% sur les petits formats » seront reversés par l’artiste à l’association. Et son engagement ne s’interrompt pas là. « Je souhaite donner des cours de peinture pour les personnes souffrantes. C’est un projet que je veux mettre à bien pour que les malades tentent d’oublier un peu la maladie et la souffrance morale et leur permettre d’avancer » explique Christelle Romulus. Le partenariat entre la peintre et l’ARTC s’est noué grâce à une connaissance commune et la suite s’est faite naturellement. « J’ai proposé à l’association de faire une exposition et eux ce sont chargés et de trouver une salle…etc. »

 

« Une rencontre du cœur »

L’ARTC est une association nationale implantée à Toulouse depuis le mois d’octobre 2011. L’objectif aujourd’hui est de faire progresser la connaissance fondamentale clinique et thérapeutique sur les tumeurs cérébrales. « Les fonds récoltés proviennent d’adhésions, de dons ou des legs et évidemment d’événements comme l’exposition » explique Luc Dalmonti, délégué régional de l’association. Les fonds récoltés permettent ensuite de soutenir les familles des malades, améliorer la qualité de vie de ces derniers et de faire avancer la recherche et les traitements.

Des progrès ont été faits comme le souligne Luc Dalmonti, « elle avance dans des cas graves de tumeurs cérébrales tel que le glioblastome. Si on se reporte dix ans en arrière, la durée moyenne de vie était de 3 à 6 mois. Aujourd’hui même si ce n’est pas assez, ça peut aller de 6 mois à deux ans ».

« C’est le cœur qui parle, j’espère que les gens écouteront leur cœur aussi et participeront soit en adhérant à l’association, soit achetant une œuvre pour faire avancer les choses » conclut Christelle Romulus.

 

Emma Faury

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici