Accueil Articles Culture La Maison de l'Image, futur centre du rayonnement culturel de Toulouse ?

La Maison de l’Image, futur centre du rayonnement culturel de Toulouse ?

future Maison de l'image de la Reynerie.Un grand espace dédié à l’audiovisuel sous toutes ses formes à Toulouse ? C’est la future Maison de l’image de la Reynerie. Pierre Cohen, maire de la Ville rose a présenté vendredi ce centre culturel au cœur du futur quartier rénové. L’alliance parfaite entre culture et territoire.

 

« La Maison de l’image permet de mettre en valeur toute la dynamique autour de l’image à Toulouse. » Pierre Cohen, le maire, s’enthousiasme pour ce bâtiment dédié à la culture qui verra le jour en 2014. « Entre les projets économiques sur le cinéma dans l’agglomération, l’Esav ou encore la médiathèque, nous devions favoriser la culture de l’image pour tous. »

Ouverte sur la place Abbal, la maison de l’image s’inscrit également dans la continuité de la Fabrique culturelle du Mirail ou encore de la médiathèque Grand M inaugurée prochainement. Elle fait partie du projet de rénovation du quartier Reynerie.

 

Tour du propriétaire

« Imaginez un loggia urbaine, un lieu convivial et ouvert » se réjouit Gilles Perraudin, architecte retenu pour le projet. La Maison de l’Image, ce sera une grande rampe qui grimpe de la place Abbal vers une terrasse. Là, une cafétéria ouverte permet au public de se décontracter.

La visite continue. La rampe recommence à monter vers la grande salle. Cette salle de spectacle pourra accueillir 300 personnes pour des projections. « Un atrium intérieur est au centre du bâtiment. Il permet les rencontres entre créateurs et public » indique Gilles Perraudin.

Les 4500 m2 de surface, répartis sur trois étages accueillent différentes activités de recherche, de formation, des débats et des spectacles. Grâce à l’imbrication des espaces ouverts et fermés, « la Maison de l’image, c’est un bâtiment intégré dans le local mais avec une attraction internationale », selon Gilles Perraudin.

Avec un coût total de 15 millions d’euros, il n’y a plus qu’à espérer, avec Pierre Cohen, qu’ « elle soit un lieu d’attractivité sur toute la ville et un facteur de mixité sociale. »

 

Pauline Amiel

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici