12 ans de prison pour le viol d’une prostituée et six mois pour une agression sur des pompiers

📁 Articles, Société, Une 🕔15 mars 2019
12 ans de prison pour le viol d’une prostituée et six mois pour une agression sur des pompiers

12 ans de prison pour le viol d’une prostituée et six mois pour une agression sur des pompiers

En 2013 à Muret, une escort-girl dépose plainte à 2 heures du matin pour viol à l’encontre du compagnon de son amie et collègue. Avec 33 condamnations à son actif, Bertrand Bisset comparaissait hier soir devant la Cour d’assises de Toulouse. Il a écopé de 12 ans de réclusion criminelle.

 

 

 

 

En détention, l’accusé fait la connaissance de Sylvie, avec qui il va nouer une relation d’emprise. La Dépêche rapporte que Sylvie, qui comparaît libre pour sa complicité dans les faits reprochés, explique qu’« Il me disait : t’es ma pute, tu m’appartiens ». C’est lors d’une permission de sortie que les deux individus s’allient et partent retrouver Gloria, la victime. Après deux actes sexuels entre la victime et l’accusé, l’escort apparaît en larmes chez les gendarmes de sa commune. « C’était une relation consentie » assure Bertrand Bisset hier soir, toujours selon la Dépêche. Sylvie, elle, est condamnée à 5 ans de prison, dont 3 ans avec sursis.

 

Elle agresse les pompiers : 

Le 11 novembre dernier, une jeune femme de 25 ans s’en être pris violemment physiquement et verbalement à des sapeurs-pompiers lors d’une intervention à son domicile de Castres. Elle comparaissait ce mercredi à la barre du tribunal correctionnel de Castres, et a écopé de six mois de prison.

 

Le matin du 11 novembre 2018, aux alentours de 5 heures du matin, c’est pourtant elle qui avait appelé les secours, à l’issue d’une violente dispute avec son compagnon au retour d’une soirée très alcoolisée. Alors que son compagnon est blessé au bras après avoir brisé une baie vitrée, une pompière arrive à lui faire un point de compression après qu’il ait perdu deux litres de sang, comme le rapporte la Dépêche. L’accusée attrape la pompière par le cou et la jette au sol. Un autre pompier va alors intervenir pour secourir sa collègue. La jeune femme hystérique « au regard de tueuse » va le mordre. « Je ne nie pas l’histoire mais je ne me souviens de rien » a-t-elle lâché hier lors de sa comparution au tribunal de Castres, alcoolisée de 2,50 g/l au moment des faits.

 

 

 

 

Marie Bouisseren




Pas de commentaire

Pas de commentaires pour le moment

Soyez le premier à écrire un commentaire.

Ecrire un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *