Les 20 ans de l’euro : les leçons à en tirer

📁 Articles, Economie, Une 🕔31 janvier 2019
Les 20 ans de l’euro : les leçons à en tirer cdr

Les 20 ans de l’euro : les leçons à en tirer
cdr

L’euro est né le 1er janvier 1999. Et si nous n’avons commencé à l’utiliser que trois ans plus tard, sa venue a été grandement commentée au sein de l’Europe. La devise de l’Union européenne, utilisée par 19 pays actuellement, avait levé des craintes sur sa pérennité. 20 ans plus tard, on peut enfin dire qu’elles n’étaient vraiment pas fondées. Et si on a longtemps tout converti en francs, ce n’est maintenant plus le cas ! Alors quelles sont les leçons à tirer de deux décennies de monnaie unique

 

L’euro n’a pas réellement fait grimper les prix

Un argument souvent répété à l’encontre de l’euro est le fait qu’il aurait fait monter les prix. Pourtant, selon une étude de l’INSEE sur quarante ans d’inflation française, le prix d’une baguette de pain ou d’un litre de lait est globalement resté le même, même si quelques domaines sont en effet devenu plus onéreux. Et au-delà du coût de la vie courante, c’est une vraie stabilité économique européenne qui perdure depuis deux décennies.

 

Les échanges internationaux en pleine forme

D’abord hésitant au début des années 2000, le trading de monnaies fiduciaires (appelé aussi trading forex pour les plus aguerris), a petit à petit intégré l’euro. La paire EUR/USD est même devenue la plus échangée au monde via les comptes de trading forex. Cela montre une vraie pérennité de la monnaie, qui reste un refuge pour beaucoup d’investisseurs.

 

Une cohabitation européenne vraiment facilitée

Mais au-delà de ses caractéristiques économiques, on doit aussi mentionner un des plus grands pouvoirs de l’euro : celui de rassembler des pays dont la culture, l’économie et les valeurs sont extrêmement hétéroclites. Loin de n’être qu’un idéal philosophique, la monnaie unique permet de réels échanges entre les pays et leurs citoyens.

 

Des dirigeants qui affichent une vraie union

Qu’on l’aime ou qu’on s’en méfie, il faut donc reconnaître que l’euro a su lisser quelques différences entre les dirigeants européens, qui affichent maintenant un front uni. Leurs salaires en euros rivalisent maintenant avec ceux des plus grands dirigeants du monde :

 

Les 20 ans de l’euro : les leçons à en tirer cdr

 

L’euro semble favoriser les salaires des dirigeants allemands, autrichiens, luxembourgeois et danois. Source : IG

Il faut cependant relativiser cet état de fait : les Premiers ministres polonais, slovène et letton figurent parmi les salaires de dirigeants de l’OCDE les moins élevés :

 

Les 20 ans de l’euro : les leçons à en tirer cdr

 

Les « petits » pays européens ont une économie plus limitée, ce qui a soulevé des craintes lors de leur intégration. Source : IG

 

Tout d’abord très critiqué, l’euro s’est donc intégré sans heurts à l’économie de l’Union européenne. Malgré les hésitations de ses détracteurs, il devrait continuer à faire fonctionner et à unir notre continent. Du côté de Toulouse, on s’ouvre aussi à plus d’échanges européens : le développement de Toulouse Euro Ouest fait partie des projets 2019 de Toulouse. Cette nouvelle zone autour de la gare Matabiau favorisera les échanges avec nos pays voisins. De quoi ouvrir de nouveaux horizons linguistiques et culturels aux habitants toulousains.

 

 

 

La rédaction




Pas de commentaire

Pas de commentaires pour le moment

Soyez le premier à écrire un commentaire.

Ecrire un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *