Toulouse, seconde ville la plus attractive de France

📁 Articles, Société, Une 🕔15 novembre 2018
Toulouse, seconde ville la plus attractive de France

Toulouse, seconde ville la plus attractive de France
cdr

Great Place To Work , acteur de référence sur la qualité de vie au travail et la transformation culturelle des organisations depuis plus de 25 ans, dévoile aujourd’hui les résultats de son enquête sur les villes les plus attractives de France pour travailler. Cette étude a été menée en 2018 auprès d’un échantillon représentatif de la population française, de 2 866 salariés français, avec un focus sur les jeunes générations (ici, les salariés de moins de 35 ans).

 

 

Il en ressort que 25 % des personnes interrogées ont déclaré que Toulouse est une ville dans laquelle elles aimeraient travailler, la plaçant à la seconde marche du podium des villes les plus attractives après Bordeaux, pour la 2ème année consécutive. Ces chiffres sont en légère baisse par rapport à 2017, car 27 % des Français revendiquaient alors la ville rose.

 

Chez les jeunes, Toulouse perd une place et passe à la 4ème place en 2018 avec 23 % d’entre eux déclarant vouloir travailler dans la capitale de l’Occitanie.

 

La qualité de vie est le premier critère de sélection des Français, largement devant le dynamisme économique de la ville (72 % vs 33 %). La tendance se retrouve également – mais de façon moins marquée – chez les jeunes, qui sont 66 % à privilégier la qualité de vie et 32 % à privilégier les perspectives économiques.

 

Parmi les autres critères qui expliquent leur envie de travailler à Toulouse, on retrouve principalement :

Les origines familiales et connaissances pour 29 % de la population française et 34 % des jeunes.
La qualité et le coût de l’immobilier pour 26 % de la population française et 25% des jeunes.
Les infrastructures et l’accessibilité de la ville pour 20 % des deux catégories.
La tranche de vie liée à leur âge ou celui de leurs enfants pour 13 % de la population française et 14 % des jeunes.
La qualité de l’enseignement pour 7 % de la population française et 8 % des jeunes.

 

 

 

 

La rédaction




Pas de commentaire

Pas de commentaires pour le moment

Soyez le premier à écrire un commentaire.

Ecrire un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *