Un couple de journalistes congolais et leur enfant de deux ans placés en rétention à Cornebarrieu

📁 Articles, Société, Une 🕔09 août 2018
Un couple de journalistes congolais et leur enfant de deux ans placés en rétention à Cornebarrieu photo : toulouse infos

Un couple de journalistes congolais et leur enfant de deux ans placés en rétention à Cornebarrieu photo : toulouse infos

Ce couple de journalistes congolais a quitté son pays le 3 août dernier parce qu’ils se sentaient menacés, nous informe France 3 Occitanie. Ils se présentent comme des opposants au Président de la République Démocratique du Congo, Joseph Kabila.

 

 

 

 

 

Ils sont notamment accusés d’avoir diffusé des vidéos présentant la répression à la machette par les forces de l’ordre de la Manifestation pour la Paix organisée au Congo le 27 février dernier.

 

Toujours selon cette même source, les deux journalistes sont retenus depuis cinq jours dans ce centre de rétention placé à proximité de l’aéroport de Blagnac. La mère de l’enfant de deux ans est enceinte. Le couple a déposé une demande d’asile le 4 août.

 

Le juge chargé de leur dossier a décidé une rétention supplémentaire de huit jours. Jeudi matin, la cour d’appel de Toulouse statuera sur cette décision et sur son bien-fondé. L’association « Le cercle des voisins » s’est saisi de l’affaire et proteste dénonçant « un enfermement inadmissible d’un enfant ».

 

Pour rappel, la loi du 7 mars 2016 autorise d’enfermer un enfant en rétention mais l’intérêt supérieur de l’enfant doit toujours prévaloir. Cette loi poursuit trois objectifs : améliorer l’accueil et l’intégration des étrangers régulièrement admis au séjour, renforcer l’attractivité de la France en facilitant la mobilité des talents internationaux, lutter plus efficacement contre l’immigration irrégulière. La loi généralise le titre de séjour pluriannuel (de deux ou quatre ans) pour l’ensemble des étrangers, après un an de séjour en France.

 

 

 

 

Virginie Tsiao




Pas de commentaire

Pas de commentaires pour le moment

Soyez le premier à écrire un commentaire.

Ecrire un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *