Mohamed Tataï, l’imam de Toulouse “lâché” par la Grande Mosquée de Paris

📁 Articles, Société, Une 🕔13 juillet 2018
Mohamed Tataï, l'imam de Toulouse “lâché” par la Grande Mosquée de Paris Cgrandemosquée.fr

Mohamed Tataï, l’imam de Toulouse “lâché” par la Grande Mosquée de Paris
Cgrandemosquée.fr

Le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur a tenu à réagir à nouveau à propos de l’affaire Tataï. Après l’avoir encouragé à poursuivre sa mission, Dalil Boubakeur, a finalement décidé de condamner les propos antisémites de Mohamed Tataï, l’imam de la mosquée d’Empalot à Toulouse. Rappelons que Mohamed Tataï est visé par une enquête pour « incitation à la haine » anti-juive.

 

 

 

« Devant l’ampleur prise par la polémique suscitée par les propos de l’imam Tataï de Toulouse et les malentendus sur notre position, nous tenons à réaffirmer notre condamnation ferme et sans équivoque des termes utilisés par cet imam lors de son prêche tenu en décembre 2017 en sa mosquée d’Empalot à Toulouse », écrit Dalil Boubakeur dans un communiqué de la Grande Mosquée de Paris.

 

Dalil Boubakeur a ajouté que « nous condamnons très fermement ses propos relatifs à un hadith, rapporté par un auteur traditionaliste, rejeté par la dynastie de califes des Omeyyades au VIIe siècle, et qui n’aurait pas dû être exhumé de son oubli ».

 

Le recteur de la Grande Mosquée de Paris a affirmé également avoir recommandé à Mohamed Tataï « de présenter ses excuses aux autorités religieuses du judaïsme toulousain et de les rencontrer dans un esprit de paix ».

 

L’imam algérien de la Grande mosquée de Toulouse Mohamed Tataï est au coeur d’une vive polémique depuis qu’a été relayée, fin juin, une vidéo d’un prêche dans lequel il cite un hadith évoquant la « bataille ultime et décisive » entre juifs et musulmans.

 

À ce jour, l’enquête est en cours et Mohamed Tataï peut toujours exercer en tant qu’imam à la Grande Mosquée de Toulouse.

 

 

 

Virginie Tsiao




Pas de commentaire

Pas de commentaires pour le moment

Soyez le premier à écrire un commentaire.

Ecrire un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *