« Entrepreneurs et Solidaires » une main tendue aux projets d’entreprise

📁 Articles, Economie, Une 🕔01 novembre 2018
PRO-PORTION, un projet concrétisé :

PRO-PORTION, un projet concrétisé

À Toulouse, l’association Entrepreneurs et Solidaires aide les projets d’entreprise à se concrétiser. Un soutien pour les personnes qui souhaitent se lancer dans une aventure économique indépendante mais surtout fédératrice.

 

 

 

 

Créée en fin 2015, l’association « Entrepreneurs et Solidaires » se niche désormais dans les bureaux de l’association ESTOC, à l’étage du café de l’Astronef, dans le quartier de Rangueil. L’association ESTOC accompagne à la création d’activité économique, dans le cadre du dispositif Parcours Adress en partenariat avec Toulouse Métropole par l’intermédiaire du Mouvement Associatif Occitanie  et la couveuse « Entrepreneurs et Solidaires »

 

Pour préparer les futurs entrepreneurs, la couveuse se veut être une sorte de phase d’essai : « elle permet aux personnes intéressées de tester leur activité. Cela est un bon moyen de découvrir le statut d’indépendant, qui ne correspond pas à tout le monde » précise le responsable. Ainsi, la structure solidaire met des salles de réunion à disposition et établit un suivi régulier pour veiller à l’avancée du projet. “Une fois l’activité lancée, une contribution de 10% du chiffre d’affaires hors taxe, est demandé au porteur de projet. C’est une contrepartie commune à toutes les couveuses et coopératives » Mais Marc Terret émet néanmoins une nuance « A la différence des coopératives qui a l’issu de l’accompagnement proposent une intégration dans leurs structures, notre but est de mettre en place des
moyens favorables au lancement des projets d’entreprise, afin qu’ils deviennent indépendants, dans les deux ans au maximum »

 

Un concept d’économie solidaire

Ils ont entre 30 et 40 ans, ils sont conseillers en communications, réflexologues, artisans ou encore créateurs d’accessoires et souhaitent se lancer dans l’aventure de l’entreprenariat. « Nous accueillons des personnes issues de différents milieux professionnels, preuve que la logique d’économie solidaire peut correspondre à un large panel de métiers ». Une aventure ouverte à tous, mais sous certains critères. En plus d’être d’avoir le statut de demandeur d’emploi, les porteurs de projets doivent avant tout promouvoir une initiative qui s’inscrit dans une démarche
sociétale et/ou environnementale. « Les projets doivent être tournés vers un service à la vie sociétale, tout en étant une activité économique, d’où le terme d’économie solidaire ». À ce jour, la couveuse compte une vingtaine d’entreprises et s’est vue accompagner près de 80 projets depuis 2016.

 

PRO-PORTION, un projet concrétisé :

Florence Flies, fondatrice de l’association PRO-PORTION, a été accompagné pendant deux ans au sein de la couveuse Entrepreneurs et solidaires. Elle a ainsi pu tester son activité et se rendre compte que ses actions étaient en phase avec les besoins environnementaux, économiques et sociaux de notre société. Elle propose des solutions concrètes et réalisables pour réduire le gaspillage alimentaire et faciliter la gestion des déchets.

 

PRO-PORTION promeut cette réduction par l’accompagnement de projets au sein des restaurations collectives publics et privées (établissements scolaires, de santé et d’entreprises) mais aussi auprès des restaurants traditionnels. . L’association anime également de nombreux ateliers et formations adaptés à un large public sur la réduction du gaspillage alimentaire.

 

Toutes ses activités intègrent les principes de l’économie circulaire comme le développement de l’approvisionnement local et de qualité ainsi que la valorisation des déchets alimentaires en partenariats avec d’autres structures.

 

L’équipe de PRO-PORTION (quatre personnes) propose différentes prestations comme : un diagnostic caractérisé (chaque composante du menu) pour connaître les enjeux du gaspillage pour chaque établissement, en proposant des préconisations d’actions pour le réduire, des accompagnement de projets globaux (le diagnostic, la mobilisation des acteurs, un plan d’action et un suivi) et des ateliers de sensibilisation pour tous les établissements et entreprises ayant ou non une restauration.

 

L’équipe considère que « chaque citoyen a une part à jouer. » Il est estimé qu’un Français jette en moyenne entre 20 kg et 30 kg d’aliments chaque année, soit 150 €, relate le site.

 

De plus PRO-PORTION permet aux collectivités et aux entreprises de respecter la réglementation. En effet depuis septembre 2016, les collectivités doivent désormais agir pour limiter le gaspillage alimentaire en restauration collective* (loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte, article 102).

 

Et les professionnels, producteurs de bio-déchets dépassant 10 tonnes par an, doivent respecter les nouvelles obligations de tri et de valorisation instaurées par la loi du 12 juillet 2010, dite « loi Grenelle 2 ».

 

 

Leurs ambitions sont d’étendre leur accompagnement de projets à tous les acteurs de la chaîne alimentaire (producteurs, transformateurs, distributeurs et consommateurs). Ce projet a été déjà pensé et écris, il faut juste trouver le territoire pour le mettre en œuvre.

 

 

 

 

 

Kenza Gros Desormeaux




Pas de commentaire

Pas de commentaires pour le moment

Soyez le premier à écrire un commentaire.

Ecrire un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *